Théorie électrofaible



DÉCOUVERTE DES BOSONS W ET Z

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 159 mots

La découverte des bosons W et du boson Z en 1983 au collisionneur proton-antiproton du Cern confirme la théorie électrofaible de Sheldon Glashow, Steven Weinberg et Abdus Salam. Cette découverte a été rendu possible par la mise au point au Cern de Genève d'un intense faisceau d'antiprotons grâce à une techn […] Lire la suite

FORMULATION DE LA THÉORIE ÉLECTROFAIBLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 166 mots

En 1967, Steven Weinberg et Abdus Salam parviennent de façon indépendante à unifier en une seule théorie l'électromagnétisme et l'interaction nucléaire faible. Dans une remarquable synthèse de nombreux travaux théoriques antérieurs (en particulier ceux de Sh […] Lire la suite

INTERACTIONS (physique) - Interaction électrofaible

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 107 mots
  •  • 4 médias

La première manifestation de l'interaction nucléaire faible qu'on a observée est la désintégration β de certains noyaux atomiques. Cette transmutation d'un élément vers un autre provient de la transformation d'un neutron en un proton avec émission d'un électron et d'un antineutrino. La […] Lire la suite


Affichage 

Diagramme de Feynman de l'interaction électrofaible

dessin : Diagramme de Feynman de l'interaction électrofaible

dessin

L'interaction électrofaible est décrite, dans sa théorie moderne, par Weinberg et Salam en 1967. Elle s'exprime par l'échange de photons ou de bosons, dits intermédiaires, appelés W et Z. Les couplages fondamentaux des bosons W et Z sont ici représentés par des diagrammes... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Diagramme de Feynman de l'interaction électrofaible

Diagramme de Feynman de l'interaction électrofaible
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin