FIVETE (fécondation in vitro et transfert d'embryon)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Robert G. Edwards, physiologiste de Cambridge, a réalisé en 1977 la première fécondation in vitro humaine avec transfert d'embryon. Elle a conduit à la naissance de Louise Brown en juillet de l'année suivante. Depuis cette date, plusieurs centaines de milliers de bébés sont nés dans le monde grâce à cette technique.

Premier bébé-éprouvette

Photographie : Premier bébé-éprouvette

Le biologiste britannique Robert Edwards tient dans ses bras Louise Brown, le premier bébé conçu par fivète (fécondation in vitro et transfert d'embryon), en 1978. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les techniques médicales destinées à faciliter la procréation et qui ont en commun une manipulation des gamètes au laboratoire sont désignées en France par les termes « assistance médicale à la procréation » (A.M.P.) ou encore procréation médicalement assistée.

Ces techniques sont surtout représentées par l'insémination artificielle (I.A.) et par la fécondation in vitro avec transfert embryonnaire dans l'utérus (Fivete), mais d'autres techniques ont été utilisées. La possibilité de conserver les spermatozoïdes et les œufs fécondés, pendant une durée illimitée, dans l'azote liquide à la température de – 196 0C élargit considérablement le champ d'application des A.M.P.

Stockage d'embryons humains

Photographie : Stockage d'embryons humains

La fécondation in vitro (Fivete) . pour être rentable et efficace dans des délais acceptables par le couple qui la sollicite . conduit à produire simultanément plusieurs embryons. Ceux qui sont défectueux sont éliminés. Ceux qui sont viables mais n'ont pas été implantés dans l'utérus... 

Crédits : Oliver Strewe/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Des progrès techniques (micro-injection et manipulation de l'œuf fécondé) ont permis aux A.M.P. d'étendre leur champ d'application aux stérilités masculines sévères (cf. azoospermie) et au diagnostic préimplantatoire.

Compte tenu des problèmes de bioéthique (cf. médecine - Morale médicale et bioéthique) que soulève l'A.M.P. en France, la loi du 29 juillet 1994 régit l'assistance médicale à la procréation. Son actualisation, d'abord prévue pour 1999, a été retardée par l'apparition des technologies du clonage humain (voir cet article), en vue des thérapeutiques utilisant des cellules souches (clonage thérapeutique). L'adoption définitive d'une nouvelle loi a fait suite au renouvellement parlementaire et gouvernemental qui a eu lieu en France en 2002. Après diverses péripéties, cette nouvelle loi fut promulguée en 2003.

Aspects techniques

Recueil et traitement du sperme

Dans les A.M.P., le sperme est recueilli le plus habituellement par masturbation et, exceptionnellement, lors d'un rapport sexuel, à l'aide d'un préservatif dépourvu de toute substance spermicide.

Le traitement du sperme in vitro avant son utilisation pour une A.M.P. peut viser plusieurs objectifs différents :

– éliminer le liquide séminal et ses facteurs inhibiteurs du pouvoir fécondant des spermatozoïdes ;

– sélectionner les spermatozoïdes les plus mobiles ;

– améliorer la mobilité des spermatozoïdes ;

– isoler les spermatozoïdes à partir des urines dans les cas d'éjaculation rétrograde.

L'élimination du liquide séminal est effectuée par centrifugation de l'éjaculat. La sélection des spermatozoïdes se fait en général par migration dans un milieu spécial et recueil des spermatozoïdes les plus mobiles. Pour améliorer cette mobilité, on peut ajouter au milieu de recueil de la caféine, des prostaglandines ou de la taurine, par exemple.

Détermination du moment de l'ovulation

Peu de temps avant l'ovulation, l'ovocyte est le siège de transformations essentielles à la fécondation. Si l'ovocyte est recueilli trop tôt, il ne pourra être immédiatement fécondé in vitro. Le délai optimal du recueil est de quelques heures (de 1 à 6) avant l'ovulation spontanée. Après, il est trop tard, l'ovocyte est expulsé et, puisque les trompes sont imperméables chez les patientes, il se perd dans l'abdomen. Il faut donc prévoir exactement le moment de l'ovulation pour entreprendre le recueil à l'heure nécessaire (cf. cycle menstruel).

Les premières tentatives de Edwards et Steptoe (et une partie des cas qu'ils ont traités) concernent des « cycles spontanés ». Ainsi la physiologie normale est respectée, et le moment de l'ovulation est apprécié par la surveillance des hormones qui déclenchent ce processus ou par l'observation de signes indirects. Les repères sont les suivants :

– observation de la glaire cervicale (sécrétion du col utérin) qui devient abondante, fluide et filante à l'approche de l'ovulation ;

– évaluation des taux d'estrogènes – hormones sécrétées par le follicule où se trouve l'ovocyte – dont le taux s'élève 48 heures avant l'ovulation ;

– appréciation du diamètre du follicule à l'échographie (le diamètre du follicule préovulatoire est compris entre 18 et 21 mm) ;

– détermination du « pic [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Premier bébé-éprouvette

Premier bébé-éprouvette
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Stockage d'embryons humains

Stockage d'embryons humains
Crédits : Oliver Strewe/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FIVETE (fécondation in vitro et transfert d'embryon)  » est également traité dans :

ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

  • Écrit par 
  • René FRYDMAN
  •  • 7 650 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La fécondation in vitro (F.I.V.) »  : […] En 1978, Louise Brown, premier enfant issu d’une fécondation in vitro, a vu le jour en Angleterre. Ce succès a eu lieu après de longues années de préparation et d’études menées par Patrick Septoe et Bob Edward. En 1982, Amandine, le premier bébé éprouvette français, naissait à l’hôpital de Clamart, fruit de la collaboration de Jacques Testart et René Frydman. Aujourd’hui, cette technique a permis […] Lire la suite

EDWARDS ROBERT G. (1925-2013)

  • Écrit par 
  • Charlotte POMMIER
  •  • 584 mots

Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été décerné en 2010 au Britannique Robert G. Edwards (né le 27 septembre 1925 près de Leeds, mort le 10 avril 2013 près de Cambridge), pour la mise au point de la fécondation in vitro (F.I.V.). Cette technique, qui a permis la naissance de quatre millions d'enfants dans des couples infertiles, résulte d'une clairvoyance et d'une persévérance exceptionnel […] Lire la suite

INSÉMINATION ARTIFICIELLE ET PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 282 mots

xiv e  siècle Insémination artificielle pour l'amélioration animale. Espèce : cheval. Pays : région arabo-andalouse. 1799 Insémination avec sperme du conjoint (IAC). Espèce : humain. Pays : Grande-Bretagne. 1884 Insémination avec sperme de donneur (IAD). Espèce : humain. Pays : Grande-Bretagne. 1891 Transfert d'embryons chez une femelle receveuse. Espèce : lapin. Pays : Grande-Bretagne. 1954 […] Lire la suite

NAISSANCE DU PREMIER BÉBÉ-ÉPROUVETTE

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 245 mots
  •  • 1 média

La naissance de Louise Brown (Grande-Bretagne, 1978) venait couronner quinze années de travail du biologiste Robert Edwards avec le gynécologue Patrick Steptoe . Cet événement fit sensation dans le monde entier, mais de fortes réserves se sont alors exprimées. Outre la réticence des Églises (aujourd'hui la seule Église catholique s'y oppose), de larges courants d'idées portaient une inquiétude à l […] Lire la suite

PROCRÉATION

  • Écrit par 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Paul-François LEROLLE, 
  • Yves MALINAS, 
  • Jacques TESTART
  •  • 12 315 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Fécondation in vitro et transfert d'embryon (fivète) »  : […] La méthode consiste à réaliser la fécondation au laboratoire , puis à introduire le ou les embryons dans l'utérus de la patiente ayant délivré les ovocytes. Ce schéma général est aujourd'hui bien connu du public mais il est intéressant d'évoquer l'évolution des pratiques depuis l'origine. On peut repérer quatre avancées technologiques qui ont modifié la pratique de la fivète, dans ses indications […] Lire la suite

TESTART JACQUES (1939- )

  • Écrit par 
  • Bernard SÈLE
  •  • 1 275 mots

Issu d'une famille nombreuse d'origine modeste, Jacques Testart, né le 3 octobre 1939 à Saint-Brieuc, voulait être trappeur ; il se retrouve à Hyères (Var), interne dans une école d'horticulture et d'arboriculture. C'est à cette époque qu'il découvre les écrits de Jean Rostand. Muni de son diplôme de jardinier, il entre ensuite au lycée agricole du Chesnoy à Montargis,pour y préparer une école d'i […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean COHEN, « FIVETE (fécondation in vitro et transfert d'embryon) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fivete/