MARCOS FERDINAND EDRALIN (1917-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Admis au barreau en 1939, et exerçant d'abord la profession d'avocat, le Philippin Ferdinand Edralin Marcos est mobilisé comme sous-lieutenant en 1941 et participe aux opérations militaires, puis au mouvement de résistance contre l'occupant japonais. À la libération du pays en 1945, il est démobilisé avec le grade de commandant, chargé de rétablir l'ordre et de désarmer les groupes de résistance dans le nord de Luzon. Candidat du Parti libéral, il est élu, en 1949, membre de la Chambre des représentants et poursuit, en même temps, une brillante carrière d'avocat. Marié en 1954 à Imelda Romuáldez, dont le soutien et l'action lui seront d'un grand bénéfice lors notamment des différentes campagnes électorales, et qui jouera un rôle politique croissant à côté de son mari, il est élu sénateur en 1959, puis président du Sénat en 1963. Marcos vise alors la présidence de la République, occupée par D. Macapagal, également membre du Parti libéral et qui entend se représenter. Marcos abandonne le Parti libéral en 1964 pour rejoindre le Parti nationaliste ; l'année suivante, il est élu à la présidence devant Macapagal, qu'il distance de plus de 600 000 voix ; il devient ainsi le sixième président des Philippines. En 1969, Marcos devient le premier président de son pays à être réélu pour un second mandat (suivant la Constitution de 1935, le président sortant ne peut être réélu qu'une fois) par quelque cinq millions de voix contre un peu plus de trois millions à son adversaire du Parti libéral, Sergio Osmena. Au cours du second mandat, le nouveau Parti communiste de tendance maoïste et son organisation militaire, la Nouvelle Armée du peuple, accentuent leur pression ; une insurrection éclate parmi les musulmans du Sud ; les étudiants organisent d'importantes manifestations ; de nombreux attentats ont lieu, dont le plus important est celui de la place Miranda à Manille, perpétré le 21 août 1971 contre une réunion électorale libérale. Le jour même, et jusqu'au 11 janvier 1972, les droits et garanties résultant de l'habeas corpus sont suspendus. À l'occasion des élections sénatoriales, en novembre 1971, sur huit sièges à pourvoir, six sont emportés par les candidats libéraux dont la plupart, blessés, sont incapables de participer à la campagne. Le 21 septembre 1972, le président proclame la loi martiale et décide d'assumer tous les pouvoirs en s'appuyant sur l'armée ; la presse libre est supprimée et plus de 6 000 personnes sont renvoyées de la fonction publique. La proclamation de la loi martiale invoque le danger communiste ; mais, dans son ouvrage Notes on the New Society of the Philippines (1973), le président énumère sept menaces qui l'ont déterminé à agir : les communistes ; la droite, qui préparait un coup d'État ; les sécessionnistes musulmans ; les armées privées ; les éléments criminels ; les oligarques et les interventionnistes étrangers.

Ferdinand Marcos, vers 1986

Photographie : Ferdinand Marcos, vers 1986

Le président philippin Ferdinand Marcos (1917-1989) et son épouse Imelda, peu avant le vaste mouvement populaire qui entraînera sa chute à la suite des élections anticipées de 1986. Président depuis 1965, Marcos avait instauré la loi martiale en 1972 et appliqué une politique... 

Crédits : Melvyn Calderon / Liaison Agency/ Getty Images

Afficher

Suite à la Convention constitutionnelle, réunie en juin 1970, une nouvelle Constitution philippine est adoptée le 30 novembre 1972. Conformément aux vœux de Marcos, cette Constitution introduit le système parlementaire. Le président de la République n'a plus qu'un rôle effacé et le véritable pouvoir est exercé par le Premier ministre. Le projet, pour entrer en vigueur, doit être approuvé par un plébiscite. Une proclamation présidentielle du 17 janvier 1973 constate que la nouvelle Constitution est en vigueur, car plus de 96 p. 100 des personnes ayant participé au vote l'ont approuvée, à l'exception de la disposition sur l'Assemblée nationale que le président décide donc de ne pas convoquer. Une majorité s'est également prononcée contre tout plébiscite visant à faire ratifier la nouvelle Constitution. En vertu des dispositions transitoires de cette dernière, Marcos exerce les pouvoirs attribués à la fois au président et au Premier ministre. En 1975 et 1977, il se fait confirmer son mandat par référendum.

Marcos maintient le régime de la loi martiale jusqu'en 1981. La même année, mettant en vigueur la Constitution, il se fait élire président de la République, sans que cette consultation populaire soit le signe d'un retour à la démocratie. Dans les années 1980, la situation se dégrade (récession, excès des militaires corrompus, rumeurs sur l'état de santé de Marcos). À partir du 21 août 1983, date à laquelle Benigno Aquino, le principal rival de Marcos, est assassiné, le désastre s'amplifie avec une fuite ma [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MARCOS FERDINAND EDRALIN (1917-1989)  » est également traité dans :

AQUINO BENIGNO (1932-1983)

  • Écrit par 
  • Paul BURG
  •  • 961 mots

Benigno Aquino, principale figure d'opposition au régime autoritaire du président philippin Ferdinand Marcos, représentait un véritable défi pour l'équipe au pouvoir, par sa jeunesse, ses talents d'orateur et sa réputation de justicier intègre — défi d'autant plus intolérable qu'il aurait été un successeur acceptable pour Washington. Dans un pays où, traditionnellement, les rivalités des clans et […] Lire la suite

AQUINO CORAZON (1933-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 499 mots

Présidente des Philippines de 1986 à 1992, Corazon Aquino restera dans l’histoire de son pays comme celle qui a mis à bas, sans violence, le régime dictatorial et corrompu de Ferdinand Marcos. Maria Corazon Cojuangco naît le 25 janvier 1933 à Manille dans une famille fortunée et politiquement en vue, originaire de la province de Tarlac, au nord de Manille. Diplômée en 1954 du Mount Saint Vincent […] Lire la suite

PHILIPPINES

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • William GUÉRAICHE, 
  • Lucila V. HOSILLOS, 
  • Jean-Louis VESLOT
  • , Universalis
  •  • 21 398 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Marcos président »  : […] En 1965, rien ne peut contenir l'ambition de Ferdinand Marcos, alors président du Sénat. Pour accéder à la magistrature suprême, il n'hésite pas à passer du Parti libéral au Parti nationaliste. S'il utilise à son profit les patronages et les achats de votes, il innove en utilisant sa femme Imelda, ancienne lauréate de concours de beauté, dans les médias. Son premier mandat s'inscrit dans la conti […] Lire la suite

RAMOS FIDEL (1928- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 488 mots

Président philippin de 1992 à 1998. Né le 18 mars 1928 à Lingayen (Philippines), Fidel Váldez Ramos fait ses études à l'Académie militaire américaine de West Point, puis à l'université de l'Illinois où il obtient un diplôme d'ingénieur civil. Engagé dans l'armée des Philippines, il sert ensuite en Corée et au Vietnam. Dans les années 1960, il met en place une unité de forces spéciales formées aux […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges FISCHER, « MARCOS FERDINAND EDRALIN - (1917-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-edralin-marcos/