RAMOS FIDEL (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président philippin de 1992 à 1998.

Né le 18 mars 1928 à Lingayen (Philippines), Fidel Váldez Ramos fait ses études à l'Académie militaire américaine de West Point, puis à l'université de l'Illinois où il obtient un diplôme d'ingénieur civil. Engagé dans l'armée des Philippines, il sert ensuite en Corée et au Vietnam. Dans les années 1960, il met en place une unité de forces spéciales formées aux opérations non conventionnelles. En 1972, le président Marcos, dont il est le petit cousin, le nomme à la tête de la police nationale. Lorsque Marcos impose la loi martiale la même année, Ramos est chargé de la faire appliquer. Ses hommes arrêtent alors des milliers de dissidents politiques. En 1981, Ramos devient chef d'état-major adjoint de l'armée.

L'élection présidentielle de 1986 proclame la victoire de Marcos malgré les allégations de fraude généralisée. Ramos et le ministre de la Défense Juan Ponce Enrile soutiennent alors l'adversaire de Marcos, Corazon Aquino. Leur défection déclenche le mouvement populaire civil qui pousse Marcos à l'exil. Sous la présidence de Cory Aquino, Ramos devient chef d'état-major de l'armée (1986-1988), puis ministre de la Défense (1988-1991). Il est ainsi amené à réprimer plusieurs tentatives de coup d'État contre le gouvernement d'Aquino.

Ramos succède à cette dernière en mai 1992. Durant son mandat présidentiel, il purge la police nationale des éléments corrompus, encourage la planification familiale afin de ralentir la croissance démographique du pays et libéralise l'économie, très protégée, afin de la revitaliser. La coalition au pouvoir sous Ramos remporte une victoire décisive lors des élections parlementaires de 1995, organisées à la mi-mandat de Ramos. Elle conclut un accord de paix avec deux groupes d'insurgés menant depuis longtemps une guérilla intense, les communistes de la Nouvelle Armée du peuple (N.P.A.) et les musulmans séparatistes du Mouvement national de libération moro. Ramos poursuit en parallèle ses efforts pour déréglementer les principales branches industrielles, dominées par un petit nombre de grandes compagnies, et rendre efficace le système de collecte de l'impôt. Ces réformes contribuent à doper l'économie des Philippines, qui réussit à sortir de plusieurs années de stagnation et enregistre une croissance rapide entre 1994 et 1997. Le pays est ainsi en mesure de supporter le grave ralentissement économique qui paralyse les pays d'Asie du Sud-Est à partir de 1997. La Constitution lui interdisant de briguer un second mandat, Ramos quitte la présidence en juin 1998, cédant la place à Joseph Estrada. Il est généralement considéré comme l'un des présidents les plus diligents de l'histoire des Philippines.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Autres références

«  RAMOS FIDEL (1928- )  » est également traité dans :

PHILIPPINES

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • William GUÉRAICHE, 
  • Lucila V. HOSILLOS, 
  • Jean-Louis VESLOT
  • , Universalis
  •  • 21 398 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Fidel Ramos ou la recherche d'un État fort »  : […] En décembre 1991, Fidel Ramos, ancien élève de West Point et chef d'état-major, annonce sa candidature à la présidence. Il est soutenu par Cory Aquino, qui le désigne comme son successeur. Le 11 mai 1992, avec 23,6 p. 100 des suffrages exprimés lors d'un scrutin à la proportionnelle, il dépasse ses adversaires d'une courte tête. Ramos rehausse le prestige du pays. Il pense que paix et stabilité so […] Lire la suite

Pour citer l’article

« RAMOS FIDEL (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fidel-ramos/