EXTRAVERSION & INTROVERSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'opposition entre caractère extraverti et caractère introverti est due à C. G. Jung (dans Sur les conflits de l'âme infantile, 1910, et surtout dans Types psychologiques, 1920), qui voulait concilier ainsi les positions de Freud et celles d'Adler. « Chez Adler, écrit Jung en 1928, l'accent porte sur un sujet qui se met en sûreté et qui cherche la suprématie vis-à-vis de n'importe quel objet ; chez Freud, au contraire, l'accent porte entièrement sur les objets qui, suivant leurs propriétés définies, sont favorables ou contraires aux convoitises du sujet. »

L'extraversion est alors conçue comme la condition dans laquelle l'objet a une plus haute valeur que le sujet, et l'introversion comme celle dans laquelle le sujet a un plus haut niveau de valeur que l'objet. Il s'agit ainsi de deux pôles de la relation de la personne, vers lesquels chacun tend plus ou moins, et par conséquent de deux types de caractère. Il s'agit d'un type d'adaptation de l'humanité à la nature : l'extraversion est une attaque, visant à l'accroissement de la fécondité de l'objet, ce qui s'accompagne d'une moindre défense de l'individu ; l'introversion est une défense du sujet, corrélative d'une diminution de la fécondité de l'objet. Cette opposition extraversion-introversion peut encore se comprendre comme le substratum sur lequel se développent les fonctions psychiques (sensation, pensée, sentiment, intuition), l'homme parfaitement équilibré combinant harmonieusement les deux mécanismes.

L'extraverti est tourné vers l'objet et le monde ; il est « objectif », expansif, intuitif, spontané, observateur ; sa perception est pure, non troublée par l'affectivité. Il adhère au milieu, est doué d'excellentes capacités d'adaptation sociale, a de l'entregent, aime la nouveauté et est sensible aux modes ; à la limite, il peut se perdre dans l'objet. Instinctif, il obéit sans le savoir à l'inconscient collectif.

L'introverti est tourné vers sa subjectivité et ignore le monde et les autres ; il met au premier plan sa vie intérieure et interpose le voile de son intériorité entre lui et sa perception de l'objet. Il est timide et défiant vis-à-vis de son premier mouvement, ce qui l'amène à réfréner sa spontanéité. Il est orgueilleux, inadapté, replié sur soi-même, mystique, rêveur, froid.

Jung, cependant, n'a pas fait la part égale entre ces deux types, que l'on peut se figurer par Sancho Pança et don Quichotte. Sa description de l'introverti est nettement péjorative et est rapportée à des sujets qui sont sur le chemin de la schizophrénie. Pourtant, si l'on reprend l'examen de cette typologie (inspirée sans doute des types objectif et subjectif d'A. Binet), on en découvre la correspondance évidente avec d'autres terminologies, qui opposent, par exemple, extatique et emménétique (Aristote), primaire et secondaire (O. Gross, puis Heymans et Le Senne), cyclothymes et schizothymes (Kretschmer).

Freud adopta le terme d'introversion pour désigner « le retrait de la libido sur des objets imaginaires ou fantasmes » (1912) ; il s'agirait alors d'une étape entre la frustration et la répression. Les partisans de Jung pensent que Freud n'a vu dans l'introversion que son aspect narcissique et qu'il lui a échappé, à lui qui était extraverti, que l'introversion est « l'approfondissement du non-moi psychologique et objectif par un moi conscient de ses limitations, de ses incomplétudes, et qui cherche à s'orienter, grâce à des points de repère, dans son monde intérieur, et à découvrir les ouvertures de celui-ci » (R. Cahen).

Très proches du couple extraversion-introversion sont ceux d'extraspectant-introspectant (J. Toulemonde) et d'extratensif-introtensif (H. Rorschach). Enfin, R. Le Senne dans Obstacle et valeur oppose l'introversion à la fois à l'extraversion et à l'introspection, comme un effort pour saisir sa personnalité en tant qu'existence.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EXTRAVERSION & INTROVERSION  » est également traité dans :

GRAPHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 2 392 mots

Dans le chapitre « La graphologie à l'épreuve des faits »  : […] Si les interprétations des graphologues ne sont pas justifiées, cela ne signifie pas qu'elles sont erronées. Mais les études empiriques de validation de la graphologie, conduites par des psychologues, parfois en collaboration avec des graphologues, sont suffisamment nombreuses pour que l'on puisse en tirer des conclusions dépourvues d'ambiguïté. On peut s'intéresser au jugement des graphologues sa […] Lire la suite

PERSONNALITÉ

  • Écrit par 
  • Jérôme ROSSIER
  •  • 5 262 mots

Dans le chapitre « Personnalité et comportements »  : […] La personnalité a une incidence sur de nombreux domaines de la vie des individus et sur leur comportement. Par exemple, si la personnalité est faiblement associée à la performance scolaire, elle l’est davantage avec la performance académique et professionnelle. Selon une méta-analyse, l’ensemble des dimensions de la personnalité contribue à la performance professionnelle. La stabilité émotionnell […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 4 662 mots

Dans le chapitre « La personnalité »  : […] Les travaux sur la personnalité sont différentiels par nature dans la mesure où ils se proposent de montrer que nos conduites sont non seulement relativement cohérentes et stables, mais aussi individualisées. La psychologie différentielle décrit cette individualisation en faisant appel à des traits, le plus souvent évalués au moyen de questionnaires où l’on demande aux sujets de rapporter leur man […] Lire la suite

SOI (psychologie)

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 322 mots
  •  • 1 média

« L'endroit où le soi, le non-moi psychologique, est endormi est l'endroit le plus banal du monde — une gare, un théâtre, la famille, la situation professionnelle. » La psychologie des profondeurs telle que l'a théorisée Carl Gustav Jung repose sur une distinction entre deux instances psychiques : le moi, « la personnalité empirique et consciente », et le soi, « [...] concept limite, exprimant un […] Lire la suite

TEST DE RORSCHACH

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MARTINEAU, 
  • Yves MORHAIN
  •  • 801 mots
  •  • 1 média

À partir d'une série de figures formées par des taches d'encre, Hermann Rorschach (1884-1922) a conçu le test de personnalité le plus utilisé par les psychologues et qui fait l'objet du plus grand nombre de publications internationales (20 000 au cours des vingt dernières années). Ce test constitue un paradigme de la psychologie projective. Hermann Rorschach vécut au nord-est de la Suisse alémaniq […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « EXTRAVERSION & INTROVERSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/extraversion-et-introversion/