MONTALE EUGENIO (1896-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus grand poète de l'Italie contemporaine, devant même Ungaretti et Quasimodo, Eugenio Montale est en tout cas celui qui a le plus constamment influencé tous les poètes italiens apparus de 1925 à nos jours. Poète mais aussi traducteur, critique littéraire, musical et d'art, chroniqueur, conteur plein d'humour, journaliste professionnel, musicien averti, peintre original, nommé en 1967 par le président Saragat sénateur à vie en reconnaissance de ses mérites artistiques et littéraires, conseiller à la télévision, prix Nobel (1975), bref, personnalité culturelle de premier plan, Montale, l'Européen, illustre d'une façon exemplaire ce que peut être, de notre temps, l'itinéraire spirituel d'un homme cultivé et sensible. Par la densité de sa pensée et la rigueur de sa parole, sa poésie constitue l'une des plus hautes expressions contemporaines de l'engagement poétique.

Eugenio Montale

Eugenio Montale

Photographie

Eugenio Montale (1896-1981). 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

La Ligurie : les « Os de seiche »

Né à Gênes en 1896, Eugenio Montale fait des études classiques enrichies par de vastes lectures. Il se destine au bel canto, mais la mort de son vieux maître de chant, puis la guerre interrompent ces débuts. Montale est officier d'infanterie (1917-1918). Rentré à Gênes, il s'adonne à la critique littéraire et fait découvrir au public italien Italo Svevo, le romancier de La Coscienza di Zeno (1925, La Conscience de Zeno). La même année paraît, chez l'éditeur antifasciste Piero Gobetti, Ossi di seppia (Os de seiche) : le premier recueil d'un homme qui déclare n'avoir pas, au début, été bien sûr de sa vocation poétique deviendra vite le bréviaire poétique et moral de toute une génération. À cela, deux raisons, littéraire et politique, qui n'en font qu'une : tordant le cou à la rhétorique, jusqu'alors florissante avec les chantres nationaux Carducci (1835-1907) et D'Annunzio (1863-1938), qu'encourage le fascisme en pleine ascension, Montale fait découvrir, sur un ton de confidence presque hermétique, tout en laconismes et en silences, la vérité du monde. Une tristesse empreinte de gravité pèse sur le paysage ligure – les Cinqueter [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'italien, maître assistant à l'université de Nice

Classification


Autres références

«  MONTALE EUGENIO (1896-1981)  » est également traité dans :

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Une intériorité inquiète : Saba, Ungaretti, Montale »  : […] Un panorama de la poésie du xx e  siècle, fût-il succinct, ne peut se priver de la mention des futuristes. On peut les assimiler aux poètes de la première génération : Marinetti (1876-1944), P.  Buzzi (1874-1956), A.  Soffici (1879-1965), L.  Folgore (1888-1966), A.  Palazzeschi, surtout (1885-1974), tentent de faire sauter l'édifice de la poésie t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_38657

LA TOURMENTE, Eugenio Montale - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SIMEONE
  •  • 661 mots
  •  • 1 média

Troisième recueil du poète Eugenio Montale (1896-1981), La Tourmente (dont le titre complet est La Tourmente et autres textes) est paru en 1956, soit dix-sept ans après Les Occasions , précédent ouvrage poétique de l'auteur. Le recueil ne connut sa forme définitive qu'en 1957. Les poèmes qui le composent furent écrits de 1939 à 1954. Sa première p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tourmente/#i_38657

Pour citer l’article

Patrice ANGELINI, « MONTALE EUGENIO - (1896-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugenio-montale/