BARBARIE ÉTAT DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'état de barbarie est un concept tout relatif. Il a reçu des applications diverses dans le temps et dans l'espace. Dans l'Antiquité, le terme « barbare » est utilisé par les Grecs, puis par les Romains (grec barbaros, latin barbarus). Il désigne alors l'étranger, celui qui n'est pas né à l'intérieur du territoire métropolitain ou celui dont les parents ne sont pas de pur sang. Chez les classiques, l'état de barbarie est caractérisé par un état d'où sont absents la civilisation et le raffinement, en particulier dans les mœurs et les coutumes.

Ce manque est un des fondements de l'aspect péjoratif qui restera essentiel au concept tout au long de son histoire. « Les Grecs vécurent autrefois comme les Barbares vivent maintenant », écrit Thucydide dans l'Histoire de la guerre du Péloponèse (I, 6, 6). Des Pélasges, les premières populations de la Grèce, à la suprématie macédonienne, l'état de barbarie circonvoisin s'est déplacé en fonction du passage de la conquête au droit de cité. Lorsque la Grèce est réduite à la situation de province romaine, en 146 avant J.-C., sous le nom d'Achaïe, le peuple hellène est inclus par les occupants parmi les barbares de l'empire naissant. Et cependant quels emprunts Rome ne lui doit-elle pas ! Cette contradiction n'en est pas une : elle démontre la relativité de l'état de barbarie. Relativité synchronique : on est souvent le barbare de quelqu'un d'autre. Relativité diachronique : l'état de barbarie se métamorphose aussi souvent en modèle par une sorte d'idéalisation idéologique a posteriori. L'histoire est riche de ces renversements. C'est à partir de quelques exemples que l'on peut tenter de cerner les attributs spécifiques de la barbarie. Celle-ci suppose son antonyme la civilisation, car elle ne peut se définir que contre cette dernière.

Le rapport entre ces deux concepts varie selon la manière dont ils sont confrontés au cours de l'histoire : soit que l'état de barbarie se manifeste à l'intérieur des limites, territoriales ou culturelles, d'une civilisation ; soit qu'il reste extérieur à celle-ci. Dans le premier cas, la barbarie implique un état d'esclavage, ou plus simplement de dépendance politique, à l'égard du pouvoir civilisé. Ainsi, la Rome antique prérépublicaine s'appuyait sur la complémentarité institutionnelle du patriarcat et de la plèbe. Les tensions entre l'une et l'autre ne se manifestèrent que lorsque, par un effet de civilisation, l'institution de la république démocratique, au sens étymologique des termes, prétendit ouvrir la porte de l'administration de la cité aux plébéiens. Il s'ensuivit une série de luttes dont ceux-ci sortirent vainqueurs. Puis, avec le début de l'Empire, l'état de barbarie se polarisa sur les esclaves importés.

À l'intérieur d'une communauté, les attributs de la barbarie sont tous négatifs. C'est le cas notamment de la non-participation à la vie politique et de son corollaire, la dépendance à l'égard du pouvoir ; on peut dire qu'ils s'opposent terme à terme aux attributs de la civilisation. Plus près de nous, des phénomènes du même genre se sont produits, dans l'histoire des États-Unis, par exemple : désintégration, puis intégration des Indiens autochtones ; guerre de Sécession puis abolition de l'esclavage. Lors de la colonisation de l'Amérique latine par les Espagnols, au début du xvie siècle, la barbarie indigène fut réduite par la lutte contre l'identité ethnique même, au moyen du baptême imposé à outrance. Cela nous amène à préciser la valeur de la barbarie lorsqu'elle reste extérieure à la civilisation. Dans ce cas, la barbarie recouvre des actions de cruauté, ou encore un manque de raffinement dans les mœurs. On parle, par exemple, de « cruauté barbare » ou de « raffinement barbare ». Certaines idéologies, comme le national-socialisme du IIIe Reich, ont entraîné des actes barbares dont les effets sont retombés sur leurs promoteurs. Il faut aussi mentionner les actes barbares des Vikings au xie siècle ou ceux des pirates barbaresques au xive. Cette dernière épithète, bien qu'exclusivement d'origine ethnique (les Berbères, population de la Barbarie), a contribué à déplacer le pôle géographique de la barbarie. Ainsi cette dernière est-elle une réaction — et peut-être une invention — de la latinité face aux invasions successives qui se sont abattues sur le monde méditerranéen septentrional : les Goths sont venus de l'Est, les Vikings du Nord et les Barbaresques du Sud ; la liste n'est pas limitativ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  BARBARIE ÉTAT DE  » est également traité dans :

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « De la hantise à l'apologie du Barbare »  : […] On sait que la vocation de Gibbon s'est décidée à Rome où sa mélancolie savante est née, le 15 octobre 1764, d'une rêverie au milieu des ruines du Capitole. À la contemplation des vestiges se mêle aussitôt le sentiment de la fragilité de la civilisation. Matrice de l'Europe, Rome affaiblie par le christianisme a été abattue par les Barbares ; et l'Europe est perçue par Gibbon comme une Rome sur l […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 776 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme radical »  : […] C'est à partir de la publication par Darwin de son ouvrage sur l'évolution des espèces (1859) que se sont développées sous leur forme la plus systématique les études postulant une succession universelle d'étapes régies par un déterminisme rigoureux dans l'histoire de l'humanité. Nombreux sont les travaux qui ont illustré ce mouvement de pensée dans la sociologie et l'anthropologie. Ce sont ceux d […] Lire la suite

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi e siècle du continent américain. Avec stupeur on avait appris alors l'existence d'une au […] Lire la suite

HISTOIRE APOLOGÉTIQUE SOMMAIRE, Bartolomé de Las Casas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nestor CAPDEVILA
  •  • 934 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Égalité des sociétés au plan de la loi naturelle »  : […] Les premiers textes de l' Apologética ont probablement été rédigés dès 1536 pour répondre à la Historia natural y general de las Indias de Gonzalo Fernández de Oviedo (1535) où Sepúlveda a trouvé des justifications empiriques et anthropologiques de la thèse de la barbarie des Indiens. Ces textes et leurs développements feront partie de la Historia de las Indias avant d'en être extraits en 1552 p […] Lire la suite

MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 3 677 mots

Dans le chapitre « Le fondateur de la science anthropologique »  : […] Lewis H. Morgan naquit dans une ferme près du village d'Aurora, dans l'État de New York. Il étudia le droit et s'installa comme avocat à Rochester en 1844. En 1855, il devint le conseiller juridique d'une compagnie de chemins de fer qui construisait une voie entre le Michigan et la région des mines de fer du lac Supérieur. Outre ses travaux professionnels et scientifiques, il se préoccupa beaucoup […] Lire la suite

Les derniers événements

19-20 décembre 2012 France – Algérie. Visite officielle du président François Hollande en Algérie

Les 19 et 20, le président français François Hollande effectue une visite d'État en Algérie. Le 20, à Alger, devant les parlementaires réunis au palais des Nations, il déclare: « Pendant cent trente-deux ans, l'Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal, ce système a un nom, c'est la colonisation, et je reconnais ici les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien. […] Lire la suite

6-31 octobre 1995 France. Nouveaux attentats islamistes à Paris

Il révèle également l'existence d'un message daté du 19 août et adressé au président Chirac, qui demandait au chef de l'État notamment de « se convertir à l'islam » et de « reconsidérer ses positions » sur le dossier algérien. Le 17, à Paris, une nouvelle bonbonne de gaz explose dans une rame circulant sur la ligne C du R.E.R., entre les stations Musée d'Orsay et Saint-Michel. […] Lire la suite

4-28 février 1991 France. Participation à la guerre du Golfe

Refusant le « recul vers la barbarie », le chef de l'État rejette toute utilisation d'armes chimiques, bactériologiques ou nucléaires, même si l'Irak a recours à des armes non conventionnelles. Quant à l'après-guerre, il reviendra aux Nations unies d'« organiser le retour à la paix ». Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing critiquent l'annonce de l'usage exclusif de l'armement conventionnel, mais, selon un sondage, 70 p. […] Lire la suite

19-27 janvier 1981 Iran – États-Unis. Libération par Téhéran des otages américains

Le 27, Behzad Nabavi, ministre d'État et principal négociateur iranien dans l'affaire des otages, se félicite de la levée des sanctions économiques appliquées par la plupart des pays occidentaux et annonce que l'Iran s'adressera désormais « surtout aux pays européens » pour ses échanges commerciaux. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude LEFORT, « BARBARIE ÉTAT DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-de-barbarie/