Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BARBARIE ÉTAT DE

L'état de barbarie est un concept tout relatif. Il a reçu des applications diverses dans le temps et dans l'espace. Dans l'Antiquité, le terme « barbare » est utilisé par les Grecs, puis par les Romains (grec barbaros, latin barbarus). Il désigne alors l'étranger, celui qui n'est pas né à l'intérieur du territoire métropolitain ou celui dont les parents ne sont pas de pur sang. Chez les classiques, l'état de barbarie est caractérisé par un état d'où sont absents la civilisation et le raffinement, en particulier dans les mœurs et les coutumes.

Ce manque est un des fondements de l'aspect péjoratif qui restera essentiel au concept tout au long de son histoire. « Les Grecs vécurent autrefois comme les Barbares vivent maintenant », écrit Thucydide dans l'Histoire de la guerre du Péloponèse (I, 6, 6). Des Pélasges, les premières populations de la Grèce, à la suprématie macédonienne, l'état de barbarie circonvoisin s'est déplacé en fonction du passage de la conquête au droit de cité. Lorsque la Grèce est réduite à la situation de province romaine, en 146 avant J.-C., sous le nom d'Achaïe, le peuple hellène est inclus par les occupants parmi les barbares de l'empire naissant. Et cependant quels emprunts Rome ne lui doit-elle pas ! Cette contradiction n'en est pas une : elle démontre la relativité de l'état de barbarie. Relativité synchronique : on est souvent le barbare de quelqu'un d'autre. Relativité diachronique : l'état de barbarie se métamorphose aussi souvent en modèle par une sorte d'idéalisation idéologique a posteriori. L'histoire est riche de ces renversements. C'est à partir de quelques exemples que l'on peut tenter de cerner les attributs spécifiques de la barbarie. Celle-ci suppose son antonyme la civilisation, car elle ne peut se définir que contre cette dernière.

Le rapport entre ces deux concepts varie selon la manière dont ils sont confrontés au cours de l'histoire : soit que l'état de barbarie se manifeste à l'intérieur des limites, territoriales ou culturelles, d'une civilisation ; soit qu'il reste extérieur à celle-ci. Dans le premier cas, la barbarie implique un état d'esclavage, ou plus simplement de dépendance politique, à l'égard du pouvoir civilisé. Ainsi, la Rome antique prérépublicaine s'appuyait sur la complémentarité institutionnelle du patriarcat et de la plèbe. Les tensions entre l'une et l'autre ne se manifestèrent que lorsque, par un effet de civilisation, l'institution de la république démocratique, au sens étymologique des termes, prétendit ouvrir la porte de l'administration de la cité aux plébéiens. Il s'ensuivit une série de luttes dont ceux-ci sortirent vainqueurs. Puis, avec le début de l'Empire, l'état de barbarie se polarisa sur les esclaves importés.

À l'intérieur d'une communauté, les attributs de la barbarie sont tous négatifs. C'est le cas notamment de la non-participation à la vie politique et de son corollaire, la dépendance à l'égard du pouvoir ; on peut dire qu'ils s'opposent terme à terme aux attributs de la civilisation. Plus près de nous, des phénomènes du même genre se sont produits, dans l'histoire des États-Unis, par exemple : désintégration, puis intégration des Indiens autochtones ; guerre de Sécession puis abolition de l'esclavage. Lors de la colonisation de l'Amérique latine par les Espagnols, au début du xvie siècle, la barbarie indigène fut réduite par la lutte contre l'identité ethnique même, au moyen du baptême imposé à outrance. Cela nous amène à préciser la valeur de la barbarie lorsqu'elle reste extérieure à la civilisation. Dans ce cas, la barbarie recouvre des actions de cruauté, ou encore un manque de raffinement dans les[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DÉCADENCE

    • Écrit par Bernard VALADE
    • 9 945 mots
    ...l'approche moderne d'Adam Smith, l'histoire de cette décadence (« simple and obvious ») ne pose pas de problème. Il se fonde sur une évidence : la barbarie a submergé la civilisation, et il se demande avec angoisse (with anxious curiosity ») si l'Europe est à l'abri de ses ennemis extérieurs, ennemis...
  • ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

    • Écrit par Jean CAZENEUVE
    • 2 786 mots
    • 2 médias
    ...Morgan affirmait très clairement que l'humanité évoluait à partir de l'état de sauvagerie vers la civilisation en passant obligatoirement par l'état de barbarie, et que tous les peuples sans exception étaient soumis à ce même type d'évolution, avec seulement des vitesses différentes, les uns stagnant à...
  • FOLKLORE

    • Écrit par Nicole BELMONT
    • 12 229 mots
    • 1 média
    ...d'origine également divine, et dont on pouvait seulement soit jouir, soit être privé ». C'est à la fin du xixe siècle que les «  sauvages » et les «  barbares » perdent leur caractère de curiosités exotiques, tandis que leurs sociétés deviennent un sujet d'étude systématique pour les ethnographes...
  • HISTOIRE APOLOGÉTIQUE SOMMAIRE, Bartolomé de Las Casas - Fiche de lecture

    • Écrit par Nestor CAPDEVILA
    • 934 mots
    Les premiers textes de l'Apologética ont probablement été rédigés dès 1536 pour répondre à la Historia natural y general de las Indias de Gonzalo Fernández de Oviedo (1535) où Sepúlveda a trouvé des justifications empiriques et anthropologiques de la thèse de la barbarie des Indiens. Ces...

Voir aussi