ÉSUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théonyme celtique Ésus n'est connu en épigraphie que par une inscription du ier siècle sur l'autel des nautes de Paris. Mais il est attesté dans de multiples anthroponymes théophores : Esumagius, « celui qui est puissant comme Ésus », Esunertus, « celui qui a la force d'Ésus », Esugenus, « fils d'Ésus », ou dans des ethnonymes : Esubii ou Esuvii, Esubiani. Il est attesté enfin dans La Pharsale de Lucain (i, 444-446) et, accessoirement, dans les Scholies bernoises qui ont été faites de celui-ci. La sculpture de l'autel des nautes de Paris représente Ésus abattant ou émondant un arbre et on a souvent fait de lui un « dieu bûcheron », ce qui semble assez incertain. Il figure aussi sur un monument de Trèves.

On a longtemps hésité sur l'étymologie, pour laquelle on a cherché des rapprochements sanskrits ou latins. Il s'agit en fait, très simplement, d'une évolution du thème veso- par amuïssement du v initial (phénomène fréquent dans toutes les langues celtiques), étymologie prouvée d'ailleurs par la coexistence des thèmes ethniques Esubiani et Vesubiani. Veso- signifie « meilleur, excellent » et Ésus est donc « le meilleur » ou le « très bon », épithète appliquée à Jupiter. Le nom fait penser aussi à celui du Dagda irlandais.

—  Christian-Joseph GUYONVARC'H

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉSUS  » est également traité dans :

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 412 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rites et dieux »  : […] L'art religieux gaulois du midi de la France comprend en particulier les statues et fragments de statues provenant d'Entremont, de Roquepertuse ; il s'agit surtout de figures masculines accroupies, dont certaines imposaient la main sur une tête de mort. Outre un grand linteau gravé représentant des têtes de chevaux, on a découvert des piliers creusés d'alvéoles contenant des crânes humains. Deux […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Résistance à l'assimilation »  : […] Certains dieux indigènes étaient trop typés pour être assimilés. Le pilier des Nautes parisiaques en présente plusieurs : Cernunnos, le dieu cornu (un dieu d'abondance, parfois associé à des symboles chthoniens comme le serpent à tête de bélier) ; Esus coupant la branche d'un arbre à côté du Taureau aux trois grues ( Tarvos Trigaranus ) – allusion à un mythe à jamais perdu ; Smertrios, le Dieu «  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian-Joseph GUYONVARC'H, « ÉSUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/esus/