BRÜCKE ERNST WILHELM VON (1819-1892)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ayant enseigné l'anatomie à Berlin (1846), sa ville natale, puis à Königsberg (1848) et enfin à Vienne (1849), où il se fixa définitivement, Ernst Wilhelm von Brücke fut un des fondateurs de l'anatomie microscopique (histologie) et de la physiologie, et ses travaux personnels ont porté sur la physiologie des sensations : Esquisse de la physiologie et de l'étude systématique des sons de la langue (Grundzüge der Physiologie und Systematik der Sprachlaute für Linguisten und Taubstummenlehrer, 1856) ; Des couleurs au point de vue physique, physiologique, artistique et industriel, trad. J. Schutzenberger, 1866 (Die Physiologie der Farben für die Zwecke der Kunstgewerbe, auf Anregung der Direction des kaiserlich-österreichischen Museums für Kunst und Industrie, 1860) ; Nouvelle Méthode de transcription phonétique (Über eine neue Methode der phonetischen Transcription, 1863).

Brücke laissa le souvenir d'un maître prestigieux, très travailleur, exigeant et strict, mais aussi plein de générosité envers ses élèves doués, même quand ils soutenaient des idées différentes des siennes. Il a favorisé notamment les débuts scientifiques de Freud et le fit nommer Privatdozent en 1885. Freud, qui avait travaillé à son Institut de physiologie de 1876 à 1882, vouait à Brücke un véritable culte, et la figure du savant apparaît plusieurs fois dans son autoanalyse.

Brücke intéresse aussi l'histoire des idées parce qu'il fit partie dans les années 1840-1845, avec von Helmholtz et Du Bois-Reymond, de la fameuse Société berlinoise de physique dont le manifeste affirmait que « seules les forces chimiques et physiques, à l'exclusion de toute autre, agissent sur l'organisme ». Ces principes antivitalistes eurent une grande influence sur la naissante biologie et sur Freud.

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BRÜCKE ERNST WILHELM VON (1819-1892)  » est également traité dans :

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les années d'apprentissage »  : […] Freud tenait de son père cette vénération de la connaissance intellectuelle qui traditionnellement fait partie de l'héritage juif ; après de solides études classiques, il se lança donc avec passion à la conquête du savoir, un peu au hasard du reste, sans se sentir pendant longtemps de vocation définie. Laissé libre de se choisir une profession, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_1884

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « BRÜCKE ERNST WILHELM VON - (1819-1892) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-wilhelm-von-brucke/