STADLER ERNST (1883-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On entre, avec Ernst Stadler, de plain-pied dans l'expressionnisme. Pourtant, cet étudiant d'Oxford, ce professeur aux universités de Bruxelles et de Strasbourg fait figure de marginal aux yeux des autres expressionnistes. Né à Colmar, il se sentait vivement lié au mouvement intellectuel alsacien et fut toujours porté vers les idées nouvelles. Stadler était, en effet, un intellectuel qui appliquait sciemment les recettes nouvelles et se portait aussitôt aux formules extrêmes.

Pendant ses années d'études, il fonda, avec René Schikelé, l'éphémère revue Der Stürmer. Traducteur de Francis Jammes et de Péguy, d'Henri de Régnier et de Balzac, il fut toujours convaincu de sa mission de médiation entre la culture allemande et la culture française. Ses premiers poèmes qu'il publie dans un recueil, Präludien, en 1904, sont très fortement influencés par Arno Hotz, plus que par Stefan George ou Hofmannsthal. Sa pensée est, elle, nettement nietzschéenne. Stadler interrompit ensuite pendant sept ans sa production poétique. Puis, lorsque dans les premiers mois de 1913, il publie Der Aufbruch, c'est un tout autre poète qui se révèle. Déjà dans le titre L'Explosion s'exprimait le messianisme expressionniste : c'était le « départ » pour un monde meilleur, qu'animerait une « fraternité humaine » (Mitmenschentum) vaguement franciscaine. Stadler prend à son compte la parole d'Angelus Silesius, qui devient vite une des devises du mouvement nouveau : « Homme, deviens essentiel ! » (Mensch, werde wesentlich). Il dénonce la forme, qu'il appliquait naguère avec une stricte rigueur, comme une vaine volupté, qui endort dans une « divine suffisance ». Le poète veut « retourner la glèbe », se « prodiguer aux obscurs et aux pauvres ». Désormais, Stadler use de vers très longs et non rimés, dans lesquels, souvent, le ton et le mouvement poétiques se perdent. Il y supplée par une surabondance d'images directes et crues. Le poète, comme Rilke l'avait déjà enseigné, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  STADLER ERNST (1883-1914)  » est également traité dans :

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 593 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le sens d'une dénomination »  : […] Voilà l'expressionnisme littéraire brièvement mais déjà clairement défini. Les « esthètes » fustigés par Kurt Hiller sont à ses yeux des écrivains « impressionnistes » : ils fondent leur art sur la représentation d'une réalité qu'ils appréhendent exclusivement par les sens. En outre, ils ne sont que des amuseurs cherchant à séduire un public. Ce qu'il faut, c'est que l'écrivain mette au premier pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expressionnisme/#i_9008

Pour citer l’article

Françoise AURIVAUD, « STADLER ERNST - (1883-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-stadler/