SÁBATO ERNESTO (1911-2011)

Comme la plupart de ses compatriotes écrivains, Ernesto Sábato, né en 1911 à Rojas, province de Buenos Aires, est préoccupé d'angoisse métaphysique et de problématique littéraire, mais il est aussi un humaniste militant qui n'hésite jamais à prendre position sur les grands problèmes philosophiques et politiques, nationaux ou mondiaux. Dans sa jeunesse, il a flirté avec l'anarchisme et le communisme avant d'adhérer à une sorte d'existentialisme humanitaire qui le rapproche de Sartre et, surtout, d'Albert Camus. Dans les années 1930, après avoir terminé un doctorat en physique, il séjourne souvent à Paris où il travaille au laboratoire Curie tout en fréquentant le groupe surréaliste d'André Breton. Ce n'est qu'au début des années 1940 qu'il fait ses premiers pas en littérature. Il publie un essai, Uno y el Universo, 1945 (Un et l'Univers), où il prend ses distances avec ce qui avait été jusqu'alors l'essentiel de son activité, la science. Suivront dans le temps d'autres essais comme Hombres y engranajes, 1951 (Hommes et engrenages), où il évoque la faillite de la civilisation occidentale, et El Escritor y sus fantasmas, 1963 (L'Écrivain et ses fantasmes), où il traite plus proprement de la littérature dont il est alors devenu un éminent praticien.

Sábato dit que la différence entre le romancier et le fou, c'est que le romancier peut aller jusqu'à la folie et en revenir. Juan Pablo Castel, le héros torturé d'El Túnel, 1948 (Le Tunnel), n'en reviendra pas. Dans ce premier roman de Sábato, le héros met fin à ses amours tumultueuses avec María en la tuant. Au-delà de l'anecdote, le roman est surtout la représentation conflictuelle d'une triple obsession : le désir d'absolu, l'incommunicabilité entre les êtres et l'amour, considéré à son tour comme une possibilité d'absolu et comme un exorcisme de la solitude silencieuse.

Le deuxième roman, Sobre héroes y tumbas, 1961 (Alejandra, trad. 1967), se veut une tétralogie qui met en scène une histoire d'amour tumultueuse, comme dans L [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur agrégé d'espagnol, maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  SÁBATO ERNESTO (1911-2011)  » est également traité dans :

ALEJANDRA, Ernesto Sábato - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ève-Marie FELL
  •  • 874 mots

Ernesto Sábato , né en 1911 dans la province de Buenos Aires, porte le prénom d'un frère mort en bas âge. Marqué par l'amour possessif de sa mère, rêveur et tourmenté, il se réfugie très tôt dans la clarté des sciences exactes. Un doctorat de physique le mène à Paris, où il fréquente à la fois le laboratoire Joliot-Curie et les surréalistes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alejandra/#i_90772

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 331 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Questionner le passé : l’essai »  : […] Ernesto Sábato, dont les romans expriment, à l’instar de ceux de Julio Cortázar, une lecture critique de l’histoire argentine, a publié articles et essais de satire sociale et de critique politique : El escritor y sus fantasmas (1963), Entre la letra y la sangre ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_90772

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 322 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Écritures nomades »  : […] Mario Satz. Dans un des meilleurs romans de ce temps, Alejandra (1961), de l'Argentin Ernesto Sabato, le protagoniste va d'une ville à l'autre – Buenos Aires, Montevideo, Paris – pour échapper au monde des aveugles, cette errance de surface se doublant d'un parcours souterrain, labyrinthique et utérin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_90772

Pour citer l’article

Jean ANDREU, « SÁBATO ERNESTO - (1911-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernesto-sabato/