WALTON ERNEST THOMAS SINTON (1903-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ernest Walton, lord Rutherford et Douglas Cockcroft

Ernest Walton, lord Rutherford et Douglas Cockcroft
Crédits : Hulton Getty

photographie

L'accélérateur de protons de Cockcroft et Walton

L'accélérateur de protons de Cockcroft et Walton
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le cyclotron

Le cyclotron
Crédits : Hulton Getty

photographie


Fils d'un pasteur méthodiste irlandais, Ernest Thomas Sinton Walton, né à Dungarvan (comté de Waterford) le 6 octobre 1903, est décédé le 25 juin 1995 à Belfast. Après des études au Trinity College de Dublin, il avait effectué son travail de thèse sous la direction d'Ernest Rutherford, le célèbre découvreur du noyau atomique, qui dirigeait alors le laboratoire Cavendish de l'université de Cambridge. C'est là qu'il joignit ses efforts à ceux de John Douglas Cockcroft, un physicien anglais de six ans son aîné, pour développer des techniques d'accélération de particules qui seront à la source des gigantesques machines permettant l'analyse détaillée du noyau atomique et de ses constituants. Ils induiront, grâce à leur appareil révolutionnaire, la première transmutation de matière entièrement contrôlée, réalisant en quelque sorte le rêve des alchimistes. C'est pour l'ensemble de ces travaux que les deux inventeurs reçurent le prix Nobel de physique en 1951. Ernest Walton était entre-temps retourné en Irlande et y avait épousé la fille d'un pasteur méthodiste. Il enseigna la physique au Trinity College de Dublin de 1934 jusqu'à sa retraite.

Ernest Walton, lord Rutherford et Douglas Cockcroft

Ernest Walton, lord Rutherford et Douglas Cockcroft

Photographie

L'Irlandais Ernest Walton (1903-1995), Prix Nobel de physique en 1951, le Britannique lord Rutherford (1871-1937), Prix Nobel de physique en 1908, et le Britannique Douglas Cockcroft (1897-1967), Prix Nobel de Physique, avec Walton, en 1951. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Même si, depuis plusieurs dizaines d'années, on soumettait la matière à des rayonnements ionisants naturels pour l'étudier, briser un noyau atomique avec des projectiles préparés en laboratoire restait une gageure. Comment en effet bombarder une cible si minuscule ? Les projectiles qu'on pouvait envisager, protons ou rayons α (respectivement noyaux d'hydrogène et d'hélium), de charge électrique positive, ne pouvaient qu'être violemment repoussés par les forces électrostatiques si intenses à proximité immédiate du noyau. La nouvelle théorie quantique avait cependant montré que le caractère ondulatoire de toute particule lui donnait une probabilité non nulle de pénétration du noyau atomique, pourvu qu'elle soit convenablement accélérée par une tension de quelques centaines de milliers de volts et cela bien que son énergie ne surpasse pas la barrière de potentiel nucléaire.

Ces prévisions [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  WALTON ERNEST THOMAS SINTON (1903-1995)  » est également traité dans :

COCKCROFT JOHN DOUGLAS (1897-1967)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 307 mots
  •  • 2 médias

Né le 27 mai 1897 à Todmorden (Yorkshire, Grande-Bretagne), John Douglas Cockcroft était issu d'une famille d'industriels du coton. Après avoir servi dans l'artillerie pendant la Première Guerre mondiale, il devint ingénieur électricien, travailla deux ans dans l'industrie puis rejoignit le laboratoire Cavendish (université de Cambridge) sous la di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-douglas-cockcroft/#i_22651

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Accélérateurs de particules

  • Écrit par 
  • Michel CROZON, 
  • Jean-Louis LACLARE
  •  • 3 503 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Prémices et avancées techniques »  : […] Les premières expériences suivirent la découverte de la radioactivité naturelle, qui permit de disposer de sources de particules de faible vitesse : particules α ou noyaux d'hélium (rayonnement α) et électrons (rayonnement β). La physique nucléaire expérimentale démarra avec l'étude des effets de ces rayonnements sur les noyaux atomiques. Très vit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-accelerateurs-de-particules/#i_22651

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « WALTON ERNEST THOMAS SINTON - (1903-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-thomas-sinton-walton/