GEIJER ERIK GUSTAF (1783-1847)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le romantisme suédois a pris d'emblée une allure originale et il le doit à quelques personnalités de marque au premier rang desquelles il convient de placer Erik Gustaf Geijer, professeur d'histoire à l'université d'Uppsala.

Dans la mesure où un rêve d'absolu, une perpétuelle tendance au mysticisme vague prévalent dans le Nord, on peut bien dire qu'un romantisme fondamental préside aux destinées littéraires de la Suède. Pourtant, ce pays extrêmement ouvert aux influences étrangères, en littérature surtout, a trop de sens pratique, trop d'attaches aussi avec un décor naturel perpétuellement offert pour verser dans les excès de la révolte ou de l'idéalisation. De plus, la Suède a toujours été fascinée par son passé prestigieux, qu'il soit proche ou lointain : voilà réunies toutes les composantes auxquelles Geijer devait donner forme durable. C'est un des fondateurs de l'association Götiska Förbundet, qui s'inspirait des rêveries de O. Rudbeck pour asseoir la grandeur suédoise sur des antiquités nationales, véridiques ou inventées, que l'époque redécouvrait avec passion. De là devait venir la tendance, car on ne peut parler de mouvement véritable, en l'occurrence, à laquelle on a donné le nom de göticisme et qui s'exprime dans la revue Iduna. Elle allait, précisément sous l'impulsion très active de Geijer, développer l'étude du passé nordique et ranimer les anciens idéaux « vikings ». Dans des poèmes d'une très belle venue musicale, malgré leur solennité, comme Le Viking (Vikingen), abondamment traduit et glosé par X. Marmier en France, ou Le Paysan libre (Odalbonden), Geijer exaltait les grands ancêtres, libres, forts et purs. Il allait faire plus : à l'exemple de Grimm, et en collaboration avec Afzelius, il allait rassembler et publier des chants populaires suédois qui ouvriraient la voie aux folkloristes scandinaves et trouveraient d'ardents zélateurs dans les autres pays scandinaves. En outre, il s'appliqua à retracer sur des bases plus scientifiques, à l'échelle du temps, l'histoire [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  GEIJER ERIK GUSTAF (1783-1847)  » est également traité dans :

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 810 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Visages du romantisme »  : […] Parce que la Suède sort amoindrie des guerres napoléoniennes, que le classicisme y survit plus longtemps qu'ailleurs en Europe, que les centres de la vie intellectuelle se placent dans les villes universitaires de Lund et d'Uppsala et non plus à Stockholm, que le prestige de la France le cède à celui de l'Allemagne, un bouleversement se produit qui entraîne un sursaut de patriotisme et un réveil r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_12161

Pour citer l’article

Régis BOYER, « GEIJER ERIK GUSTAF - (1783-1847) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erik-gustaf-geijer/