CHEVILLARD ÉRIC (1964- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éric Chevillard est très discret sur sa vie, qu’il aime à présenter comme sans intérêt. Il termine ainsi malicieusement la notice rédigée pour le Dictionnaire des écrivains contemporains par eux-mêmes par la mention : « Hier encore, un de ses biographes est mort d'ennui. » Né le 18 juin 1964 à La Roche-sur-Yon, il a fait des études de journalisme et vit à Dijon avec sa femme et ses deux filles. Dans un monde où communiquer est la règle, il se consacre à l’écriture, se tient à l’écart des médias et perpétue, à sa façon plus ironique qu’altière, la figure de l’écrivain sans concessions.

Éric Chevillard

Photographie : Éric Chevillard

Photographie

L'écriture est pour Éric Chevillard un agent de métamorphoses : elle fait éclater le moi dans l'expérience de la pluralité des mondes possibles. Elle permet aussi la variété des genres abordés (roman d'aventures, biographie, autobiographie) comme des supports d'écriture (livre ou blog de... 

Crédits : Patrice Normand/ Leextra/ Leemage/ Bridgeman images

Afficher

À vingt-trois ans, Éric Chevillard entre en littérature avec Mourir m’enrhume (1987), publié aux Éditions de minuit, maison à laquelle il est resté fidèle pour ses principaux textes. Ces singulières fictions de fictions à plusieurs niveaux de lecture se donnent des objets impossibles et ne s’affichent comme des « romans » que pour mieux exploiter la plasticité du genre. Depuis le 18 septembre 2007, « L'autofictif » renouvelle le jeu du blog ; alimenté quotidiennement, avec une contrainte invariable de trois courts fragments, sans illustrations ni commentaires. Chaque année les archives sont retirées pour être publiées par L’Arbre vengeur. Plus proche du carnet d’écrivain que du journal intime, « L’autofictif » subvertit l’autofiction annoncée : la confidence, dès qu’elle s’amorce, se dérobe, et l’écriture de soi devient la matière d’aphorismes burlesques, qui imposent néanmoins une vision du monde.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée de lettres, docteure ès lettres, conservatrice à la Bibliothèque nationale de France

Classification

Autres références

«  CHEVILLARD ÉRIC (1964- )  » est également traité dans :

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Romans ludiques »  : […] Toutes ces entreprises narratives supposent une confiance retrouvée dans le récit. Après les perturbations dont il fut l'objet, l'époque contemporaine renarrativise le roman. Elle témoigne même d'une fascination nostalgique envers les grandes œuvres romanesques du patrimoine – celles de Conrad, Stevenson, Verne mais aussi de Balzac, salué par Michon, ou de Dickens, salué par Belletto. Nul ne prét […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christine GENIN, « CHEVILLARD ÉRIC (1964- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eric-chevillard/