ÉPINE-VINETTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mésué, médecin chrétien des califes de Bagdad, au ixe siècle, conseillait le fruit d'un berbéris dans les maux de l'estomac et du foie pour apaiser la soif et, en usage externe, pour réduire les tumeurs. Mais peut-être ne s'agit-il pas de l'épine-vinette (Berberis vulgaris L. ; berbéridacées), qui croît cependant dans le Caucase. Assez rarement citée au Moyen Âge, la plante est bien décrite pour la première fois par Matthioli en 1544. Cet auteur, qui la prescrit aussi dans les maladies hépatiques et gastriques, lui reconnaît de surcroît le pouvoir d'arrêter les vomissements, l'hémoptysie et l'hémorragie utérine, et tout particulièrement de guérir les fièvres. Ce sont là, à peu de chose près, les indications que l'épine-vinette conservera jusqu'à nos jours.

Les feuilles, le bois et surtout l'écorce de la racine, partie principalement utilisée, renferment plusieurs alcaloïdes, dont la berbérine et l'oxyacanthine. C'est au premier, substance tinctoriale, que le bois doit sa couleur jaune caractéristique. La berbérine est tonique-amère et cholagogue ; elle accroît le tonus des muscles lisses et contracte les cellules élastiques de la rate en cas d'hypertrophie infectieuse paludéenne. Elle est en outre antihémorragique, fébrifuge, bactéricide et s'oppose à la multiplication du trypanosome de la maladie du sommeil. L'oxyacanthine est spécialement hypotensive et accroît la sécrétion salivaire.

L'écorce de racine d'épine-vinette s'emploie en décoction (40 g par litre d'eau ; 2 ou 3 tasses par jour), dans l'anorexie, les maladies du tube digestif, surtout d'origine hépatique, l'ictère, les coliques hépatiques et néphrétiques, certaines maladies des voies urinaires. À dose élevée, la plante est purgative et diurétique. Sans avoir l'efficacité du quinquina, l'épine-vinette peut lui être utilement associée. Succédané, en outre, de la renonculacée canadienne Hydrastis canadensis, l'épine-vinette s'utilise comme elle en antimétrorragique (spécialement dans les états cholémiques et à l'époque de la mén [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPINE-VINETTE  » est également traité dans :

POLYCARPIQUES ou RANALES

  • Écrit par 
  • Georges MANGENOT
  •  • 4 992 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Berbéridacées »  : […] Comprenant quatorze genres et environ six cent cinquante espèces, les Berbéridacées, plantes de l'hémisphère Nord, sont beaucoup moins variées que les Renonculacées. Herbes vivaces et arbrisseaux à feuilles simples, lobées ou composées-pennées ( Mahonia ), leurs fleurs sont invariablement actinomorphes, avec un périanthe trimère ou dimère comprenant deux à douze verticilles ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polycarpiques-ranales/#i_26333

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « ÉPINE-VINETTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epine-vinette/