CASTELAR EMILIO (1832-1899)

Homme politique espagnol, Emilio Castelar commence sa carrière comme journaliste. Il crée le journal La Democracia, de tendance libérale, puis devient professeur d'histoire à l'université de Madrid. Il dénonce avec vigueur dans la presse les abus de pouvoir d'Isabelle II, ce qui lui vaut d'être destitué de sa chaire. En 1866, il participe à un complot révolutionnaire et, condamné à mort, doit se réfugier à Paris jusqu'en 1868, lorsque triomphe la révolution en Espagne. Il joue alors un rôle de premier plan dans le monde politique de la République. Il est député aux Cortes constituantes, puis chef de l'exécutif en 1873. On lui doit alors le décret d'abolition de l'esclavage à Porto Rico. Il exerce le pouvoir suprême dans des conditions difficiles (insurrection de Cuba, guerre carliste). Il abandonne à nouveau son pays à la chute de la République. Il revient sous le règne de Alphonse XII (1874-1885), mais, bien que rallié à la monarchie, il reste toujours partisan d'une République conservatrice et unitaire, établie par des moyens légaux et pacifiques. Chef de l'opposition, il adopte des positions de plus en plus en retrait par rapport aux doctrines révolutionnaires et fédéralistes des républicains extrémistes ; il défend, cependant, le suffrage universel et la tolérance religieuse. Castelar est le plus illustre orateur espagnol du xixe siècle ; on lui doit de nombreux ouvrages littéraires, historiques et juridiques, en particulier une Historia del movimiento republicano en Europa, publiée en 1875.

—  Charles LESELBAUM

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CASTELAR EMILIO (1832-1899)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Crise intérieure »  : […] L'année 1868 marque le début d'une crise politique sans précédent. La monarchie isabéline, discréditée, s'effondra à la suite de la révolution de Septembre ( la Gloriosa ) et la reine dut se réfugier en France. Des Cortes constituantes, élues au suffrage universel, confièrent le pouvoir au général Serrano et votèrent une constitution qui établiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-de-l-unite-politique-a-la-guerre-civile/#i_35910

Pour citer l’article

Charles LESELBAUM, « CASTELAR EMILIO - (1832-1899) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilio-castelar/