FORSTER EDWARD MORGAN (1879-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du côté de D. H. Lawrence et de Gide

Au fil de ces ouvrages, certains symboles reviennent de façon obsédante qui font de leur lecture non seulement un plaisir, mais un sujet d'études fort riche du point de vue psychologique et thématique. The Longest Journey, par exemple, met en scène un jeune homme empêtré, affligé d'un pied bot héréditaire et d'un père détesté, fasciné par la beauté et la santé qui lui font défaut, marié à une conventionnelle et cruelle Agnès. Comment ce mariage, contracté dans le vain espoir de s'insérer dans la vie (le premier « double » de Forster, l'Anglais Philip de Monteriano, avait eu soin de rester en marge), comment un métier – le professorat que Rickie exerce sans conviction dans un milieu haï (la public school de Sawston) – enlisent jusqu'à l'aliénation le malheureux, voilà le sujet de ce livre où Forster livre ses hantises personnelles : une horreur shelleyienne du mariage (le titre du roman est emprunté à Shelley) ; la méfiance à l'égard de l'amour unique, expérience vécue comme un amoindrissement ; le refus antivictorien de l'autorité, des idoles, des héros, des parents, de la loi, refus également présent dans The Ordeal of Richard Feverel de Meredith avec lequel le Journey a plus d'un point commun ; fascination lawrencienne avant Lawrence pour ce qui s'oppose : ainsi Rickie, l'intellectuel, est-il attiré par Stephen, le bâtard, son demi-frère, enfant de la nature. Ce Stephen, brutal, alcoolique, mais pur, et le Gino de Monteriano, comédien, sensuel, fainéant, chaleureux et intéressé, préfigurent de façon frappante la série des « amants » de D. H. Lawrence, gardes-chasse ou Mexicains. De même le rapport, ambigu et teinté d'érotisme, entre l'intellectuel et les fils de Pan, tel que Lawrence le développera plus tard, se trouve ébauché dans l'œuvre de Forster.

Le thème du voyeur participant à l'amour par procuration rapproche Forster de Henry James et de ses récits où l'on voit des célibataires en marge dialoguer avec d'indulgentes confidentes. Livre étrange et séduisant, le Journey n'est pas [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FORSTER EDWARD MORGAN (1879-1970)  » est également traité dans :

BLOOMSBURY GROUPE DE

  • Écrit par 
  • André TOPIA
  •  • 800 mots
  •  • 1 média

Cénacle d'intellectuels et d'artistes liés à Cambridge, coterie d'esthètes londoniens ou confrérie secrète, le groupe de Bloomsbury fut une nébuleuse insaisissable qui, pendant les dix années précédant la Première Guerre mondiale, eut une influence déterminante sur la vie culturelle anglaise. Littérature, biographie, peinture, économie, sciences sociales, politique, journalisme, peu de domaines lu […] Lire la suite

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 221 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les aspects du personnage »  : […] Ces figures héroïco-romanesques, dont la bande dessinée, le cinéma et la télévision répètent l'image, nous leur trouvons un aspect physique, une vêture, des comportements, des attitudes mentales bien déterminés. Mais, si l'on considère le genre romanesque dans son histoire et dans son ensemble, on voit combien il est difficile de définir l'expression littéraire du personnage, tant les écrivains on […] Lire la suite

Pour citer l’article

Diane de MARGERIE, « FORSTER EDWARD MORGAN - (1879-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-morgan-forster/