BERTI EDUARDO (1964- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1964 à Buenos Aires, journaliste, scénariste, essayiste, nouvelliste, romancier, réalisateur de documentaires, traducteur et éditeur, Eduardo Berti est un auteur protéiforme. Comme tous les écrivains argentins de sa génération, il a mûri dans l’ombre de ces deux grandes figures tutélaires que sont Jorge Luis Borges et Julio Cortázar. Il faut y ajouter celle d’Adolfo Bioy Casares, que Berti revendique également comme modèle. Comme pour ces trois auteurs, un de ses domaines de création les plus importants est la littérature elle-même, au point qu’une partie de son œuvre est constituée de véritables réappropriations d’œuvres préexistantes : c’est en particulier le cas de son deuxième roman, La Mujer de Wakefield (2001, Mme Wakefield), où il s’empare de la nouvelle de Nataniel Hawthorne pour la réécrire en privilégiant le point de vue de l’épouse du héros fugueur. Ou encore, dans Todos los Funes (2005, Tous les Funès), le protagoniste est un professeur qui fait des recherches sur les nombreux personnages qui portent le nom de Funès dans la littérature latino-américaine, à commencer par celui de la très célèbre nouvelle de Borges, Funès ou la mémoire. Comme Borges, Berti est un maître du récit bref, souvent caractérisé par ce qu’on pourrait appeler un fantastique du quotidien opérant à partir d’un petit décalage – suffisant pour créer l’angoisse – par rapport à la réalité : La Vida imposible (2003, La Vie impossible), ou encore Lo inolvidable (2011, L’Inoubliable) sont deux recueils représentatifs d’un genre que Berti cultive depuis ses débuts, et qui l’a incité à éditer des anthologies de micro-fictions et d’aphorismes.

Grand lecteur dès l’enfance et l’adolescence – il aime à évoquer les bibliothèques de deux de ses tantes, professeurs de littérature –, passionné, dit-il, par les livres et les histoires, il publie en 1994 son premier recueil de nouvelles, Los Pájaros, qui lui vaut aussitôt les éloges de la critique argentine. Dans le même temps, il travaille pour la t [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé d'espagnol, maître de conférences honoraire à l'université de Toulouse-II-Le Mirail

Classification

Autres références

«  BERTI EDUARDO (1964- )  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 294 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Histoires de la violence »  : […] Certains auteurs s'appuient sur ce courant pour donner des œuvres chargées d’une forte intention parodique, moquant les feuilletons d'époques antérieures, remis à la mode par les séries télévisées, tout en renforçant la saveur du roman réaliste. C’est le cas d’Angeles Mastretta ( Ninguna eternidad como la mía , 1999), Laura Esquivel ( La ley del amor , roman multimedia, 1996 ; Tan veloz como el d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie SAINT-LU, « BERTI EDUARDO (1964- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eduardo-berti/