DRIVE MY CAR (R. Hamaguchi)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Drive My Car, du cinéaste japonais Ryūsuke Hamaguchi (né le 16 décembre 1978), a obtenu le prix du scénario au festival de Cannes 2021. Ce metteur en scène a connu, à partir de 2018, une diffusion tardive mais internationale de ses œuvres. Son film Senses, d’une durée de plus de cinq heures, a reçu au festival de Locarno 2015 le prix d’interprétation féminine attribué aux quatre actrices principales, assorti d’une mention spéciale pour le scénario. Cette œuvre fleuve relate la complicité amicale de quatre femmes de la classe moyenne vivant dans la ville de Kobe : une mère au foyer épouse de médecin, une femme sur le point de divorcer de son mari biologiste, une aide-soignante et une curatrice d’art. La parole revêt une grande importance dans ce film, ainsi que les ateliers d’expression qui voient s’entrecroiser les mots du quotidien et des textes plus travaillés : une spécialité de l’auteur. D’ailleurs, les quatre protagonistes sont des non-professionnelles qui ont participé à un atelier organisé par Hamaguchi en 2013 et 2014. Ces exercices permettent d’aborder une problématique chère à l’auteur : « Comment pouvons-nous nous écouter les uns les autres ? »

Drive My Car, R. Hamaguchi

Photographie : Drive My Car, R. Hamaguchi

Le long-métrage Drive My Car se caractérise par l'importance donnée à la parole. Qu'elle se fasse récit, qu'elle s'enveloppe de silence ou de non-dit, c'est bien elle qui guide l'action des personnages et parfois révèle, malgré eux, leurs plus secrètes pensées. Ici, Tōko Miura (au... 

Crédits : Bitters End/ C&I Entertainment/ BBQ_DFY/ Aurimages

Afficher

Ce « savoir écouter », Ryūsuke Hamaguchi l’a acquis en coréalisant avec Kō Sakai, entre 2011 et 2013, trois documentaires après la catastrophe de Fukushima : The Sound of the Waves, Voices from the Waves, Storytellers, qui lui font découvrir la force des propos tenus par des gens simples. D’où, avec Senses, son envie d’utiliser des non-professionnels. En mai 2018, la sortie française du film est immédiatement suivie par la sélection à Cannes d’Asako 1 & 2 (2018). En 2019, la Maison de la culture du Japon à Paris présente une intégrale de son œuvre, assortie d’une publication collective, Ryūsuke Hamaguchi, enregistrer l’intime.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « DRIVE MY CAR (R. Hamaguchi) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/drive-my-car-r-hamaguchi/