COOPER DOUGLAS (1911-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’historien de l’art Douglas Cooper, mort à Londres à l'âge de soixante-treize ans, fut un grand collectionneur. Né riche, au moins suffisamment pour mener une vie luxueuse sans avoir besoin de travailler, il aurait pu cultiver le goût des arts en dilettante et déléguer à des conseillers le soin de former sa collection. Mais cet excentrique au ventre de Falstaff, au timbre éclatant, à la verve mordante, possédait une personnalité d'envergure, d'une indépendance absolue, certes capable de caprices, de snobisme, de vanité, mais incorruptible en matière de goût. On attendait de lui des épigrammes et des paradoxes, et il s'y adonnait volontiers en privé, plus rarement dans ses écrits. Ce qui domine pourtant ces derniers, c'est d'abord le souci d'exactitude historique, et aussi un attachement intime, convaincu, aux valeurs de la « peinture pure ».

Douglas Cooper avait étudié l'histoire de l'art en Angleterre dans les années 1930 et commencé presque aussitôt une sorte de cohabitation orageuse avec les « milieux savants » et les autorités de l'Université et des musées, dont il ne se gênait pas pour dénoncer à l'occasion l'incompétence, en homme que sa fortune met à l'abri des règlements de comptes. En Grande-Bretagne, en France, où il choisit de s'installer, dans toute l'Europe occidentale et aux États-Unis, il allait, pendant un demi-siècle, intervenir chaque fois qu'il le jugerait bon, redouté pour son franc-parler et surtout pour son immense savoir, qui faisait préférer ses arbitrages à ceux des experts professionnels. Il écrivit beaucoup, mais sans hâte, ne publiant qu'en 1954 son premier grand livre, le catalogue raisonné de la collection Courtauld de Londres, dont il étudia les peintures impressionnistes et post-impressionnistes avec une précision érudite jusqu'alors réservée à l'art ancien. Le même esprit et les mêmes méthodes marquent la plupart de ses publications postérieures. Fondées sur une documentation imposante, sinon toujours de première main, elles peuvent aller jusqu'à une certaine sécheresse, inattendue chez ce per [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, « COOPER DOUGLAS - (1911-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/douglas-cooper/