DŌGEN (1200-1253)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moine bouddhiste japonais, fondateur de la secte sōtō, né dans une famille marquante alliée à la dynastie, Dōgen reçut l'éducation propre à son milieu. Il perdit son père à deux ans, sa mère à huit, et passa les années suivantes en séjours successifs chez différents parents. En 1213, après avoir fait le siège d'un oncle moine qui habitait sur les pentes du mont Hiei, il entra dans les ordres au Enryaku-ji et fut ordonné par Kōen, le maître du Tendai. Les enseignements de cette école ne lui donnèrent pas satisfaction pendant longtemps et, après une tentative auprès de Kōin (1145-1216) du temple Miidera (ou Onjō-ji) sur les bords du lac Biwa, Dōgen rejoignit les fidèles de Myōzen, le successeur d'Eisai au temple du Kennin-ji, qui mêlait Tendai, shingon et zen de la tendance Rinzai. Toujours insatisfait, mais ayant un penchant déclaré pour le zen, Dōgen part pour la Chine en 1223 en compagnie de Myōzen. Au monastère du Tiantongsi, il se met à l'école de Wuji, mais sans résultat. Après la mort de Wuji, Rujing remplace celui-ci au Tiantongsi : c'est le maître qui convient à Dōgen. Après avoir obtenu l'Éveil, ce dernier rentre au Japon en 1227, puis retourne au Kennin-ji. Il passe par plusieurs temples avant de se fixer pour dix ans au Kōshōji. C'est la meilleure période de sa vie, pendant laquelle il est entouré de disciples, dans ce premier temple consacré uniquement au zen. Mais la jalousie active des moines du Hieizan le force encore une fois à quitter sa retraite. Il se rend en 1243 dans la province d'Echizen, où un noble laïc, Hatano Yoshishige, lui fait construire l'Eihei-ji dans la montagne en 1244. Il meurt à Kyōto, laissant à la tête du mouvement sōtō son fidèle disciple Ejō, qui ne l'a pas quitté depuis vingt ans.

L'œuvre écrite de Dōgen doit beaucoup à Ejō, qui en assura en grande partie l'achèvement. Le Fukan zazengi est une introduction à la pratique de la méditation. Le grand ouvrage du maître est le Shōbōgenzō (Trésor de l'œil de la vraie loi), consacré à la pratique du zazen. Ejō a réuni des notes sur Dōgen sous le tit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DOGEN (1200-1253)  » est également traité dans :

FONDATION DU EIHEI-JI

  • Écrit par 
  • François MACÉ
  •  • 232 mots

Le moine bouddhiste Dōgen avait fait le voyage en Chine (1223-1227) où il connut l'éveil et reçut la transmission de l'école zen Sōtō. À son retour au Japon, il enseigna d'abord seize ans dans la capitale, Kyōto. Pour des raisons non entièrement élucidées, dont probablement l'hostilité d'une partie du clergé bouddhique, il décida de s'installer dans la province […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-du-eihei-ji/#i_27035

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Nouveautés et renaissances »  : […] Le bouddhisme restait cependant une religion monacale, aux dogmes abstrus, rédigés dans une langue à part, et aux pratiques longues et prenantes. Les trois principaux mouvements apparus à l' époque de Kamakura seront chacun à sa manière une simplification, une réponse plus aisée aux préoccupations religieuses non seulement du peuple et de la noblesse, mais aussi d'une grande partie des moines. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_27035

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dhyāna »  : […] Dans les ouvrages de vulgarisation les plus couramment pratiqués par le public curieux, les auteurs anglo-saxons, et les français après eux, reproduisent indéfiniment une explication pseudo-étymologique du mot « chan », selon laquelle celui-ci serait la traduction chinoise du mot sanskrit dhyāna (pāli : jhāna ) : méditation en posture assise (dite « po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_27035

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « DŌGEN (1200-1253) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dogen/