DJUNAYD ou JUNAYD ABŪ L-QĀSIM AL- (mort en 910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Soufi, disciple de Sarī al-Saqatī et shaykh d'al-Ḥallādj, né à Nihawand dans le Djibāl (ancienne Médie), mort à Baghdād. Les mystiques le tiennent pour un très grand maître et le rangent, avec Muḥāsibī, parmi les représentants de la tendance modérée. Il eut, en effet, le net sentiment que, sans une nécessaire prudence, le mysticisme peut égarer les croyants hors de la vérité révélée. Il médita le mīthāq, pacte prééternel que Dieu passa à l'origine des temps avec toute la postérité encore à naître d'Adam : il faut revenir à cet état primordial, celui de l'engagement fondamental de l'humanité répondant positivement à l'appel de Dieu. C'est dans l'épreuve et la souffrance qu'on apprend le soufisme.

Pour justifier les locutions théopathiques employées par al-Bisṭāmī, al-Djunayd écrivait : « Celui qui s'abîme dans les manifestations de la Gloire s'exprime selon ce qui l'anéantit ; quand Dieu le soustrait à la perception de son moi et qu'il ne constate plus en lui que Dieu, il Le décrit. » La mort au moi, le fanā', n'est pas pour lui corrélative d'une subsistance en Dieu, le baqā'. Par le fanā', c'est Dieu même qui prend la place du moi. Al-Djunayd disait : « Le vivant, c'est celui dont la vie se fonde sur celle de son Créateur, non celui qui la fonde sur la subsistance de sa forme corporelle ; aussi la réalité de sa vie, c'est sa mort, car sa mort est l'accès au degré de la vie primordiale. »

Al-Djunayd a posé des bases solides sur lesquelles allaient s'élever les grands systèmes de la théologie mystique en Islam.

—  Roger ARNALDEZ

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  DJUNAYD ou JUNAYD ABU L-QASIM AL- (mort en 910)  » est également traité dans :

ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI
  •  • 1 983 mots

Dans le chapitre « Le « cardeur » »  : […] Abū l-Mughīth al-Ḥusayn b. Manṣūr b. Maḥamā al-Bayḍāwi, surnommé al-Ḥallādj, « le cardeur » (des consciences), est né dans un petit village du sud de l'Iran ; il alla très tôt à Wāsiṭ, centre purement arabe, une des principales villes de l'Iraq. Très jeune il se sentit attiré vers une vie consacrée à Dieu seul. En 875, il vint à Bagdad où il fréquenta les milieux ṣūfis, vivant près de Amr al-Makk […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-halladj/#i_36457

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La voie spirituelle et le soufisme »  : […] Celui qui aspire à Dieu, le murīd , est généralement désigné comme étant un mutaṣawwif , c'est-à-dire un homme qui entre dans la voie spirituelle, le taṣawwuf , et qui, s'il parvient au terme, sera un ṣūfī . Mais le mot ṣūfī a pris un sens beaucoup plus large ; il s'applique alors à tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_36457

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « DJUNAYD ou JUNAYD ABŪ L-QĀSIM AL- (mort en 910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/djunayd-junayd/