DISPOSITION, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La définition usuellement retenue pour caractériser le concept non mécaniste de « disposition » est à peu près celle-ci : « avoir une disposition, c’est être enclin à agir de telle ou telle manière dans telles ou telles circonstances » (Emmanuel Bourdieu, 1998). Ainsi le « purisme critique » de Galilée est-il, selon Erwin Panofsky (1992), la propriété fondamentale en fonction de laquelle s’organise tout son comportement, lui conférant sa cohérence et son style propre. Le mot « disposition », souligne Pierre Bourdieu (1972), paraît particulièrement approprié pour exprimer ce que recouvre le concept d’habitus, défini comme système de dispositions. En effet, « il exprime d’abord le résultat d’une action organisatrice présentant alors un sens très voisin de mots tels que structure ; il désigne par ailleurs une manière d’être, un état habituel (en particulier du corps) et, en particulier, une prédisposition, une tendance, une propension ou une inclination ».

La plupart des définitions de l’habitus énoncées par Bourdieu « prennent la forme de dyptiques juxtaposant les deux versants du concept, le passif et l’actif, l’avant et l’après » (Héran, 1987). L’habitus est intériorisation de l’extériorité, une « structure structurée » produit de l’intériorisation des structures sociales. Symétriquement, l’habitus assure une structuration cognitive de la situation qui engage la problématique d’action : il est propension à agir et principe organisateur des pratiques, extériorisation de l’intériorité et une structure structurante.

L’existence d’une disposition permet de prévoir que « dans toutes les circonstances concevables d’une espèce déterminée, un ensemble déterminé d’agents se comportera d’une manière déterminée ». Mais les dispositions ne conduisent pas de manière déterminée à une action déterminée : « elles ne se révèlent et ne s’accomplissent que dans des circonstances appropriées et dans la relation avec une situation » (Bourdieu, 1997). « Les pratiques ne se laissent déduire ni des conditions présentes qui peuvent p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DISPOSITION, sociologie  » est également traité dans :

ATTRIBUTION CAUSALE, psychologie sociale

  • Écrit par 
  • Olivier CORNEILLE
  •  • 961 mots

Le biais de disposition (ou erreur fondamentale d’attribution, ou biais de correspondance ou encore de surattribution) : la tendance à expliquer le comportement d’autrui par des facteurs internes même lorsqu’il apparaît que des facteurs externes ont fortement contribué à produire ce comportement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attribution-causale-psychologie-sociale/#i_55864

HABITUS

  • Écrit par 
  • Frédéric GONTHIER
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « L'habitus selon Pierre Bourdieu »  : […] 1939). Selon Bourdieu, la notion d'habitus permet de déporter la primauté explicative des dispositions empiriquement acquises vers la manière de les acquérir. Elle doit être ainsi posée comme un « principe générateur (et unificateur) de pratiques reproductrices des structures objectives » (Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, 1987 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitus/#i_55864

Pour citer l’article

Gérard MAUGER, « DISPOSITION, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/disposition-sociologie/