DINOPHYCÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologie

Beaucoup de Dinophycées, bien que phototrophes et autotrophes, sont néanmoins capables d'assimiler les matières organiques (régime myxotrophe) soit en ingérant des proies (phagotrophie) par un système cytostomien permanent ou temporaire, soit en vivant en association symbiotique avec d'autres organismes (xanthelles de Radiolaires, de Cœlentérés, de Mollusques). Pour d'autres, dépourvues de pigments assimilateurs, le régime hétérotrophe est obligatoire et, à ce titre, les zoologistes les incluent dans l'embranchement des Protozoaires ; certaines vivent en parasites épicellulaires ou intracellulaires de nombreux animaux aquatiques, d'Algues ou d'autres Protistes (Péridiniens, Radiolaires, Ciliés).

La reproduction se fait par simple bipartition ; parfois les individus fils ne se séparent pas et se multiplient à leur tour ; ces colonies, dont certaines (Dinoclonium) perdent temporairement leur système flagellaire, constituent des thalles filamenteux. Il peut se former également, surtout parmi les parasites, des plasmodes qui se résolvent finalement en minuscules éléments flagellés, les dinospores. Dans quelques cas (Noctiluca), la copulation des dinospores a été observée, mais on ignore la destinée du zygote et les processus caryologiques de cette sexualité.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Péridinien cuirassé

Péridinien cuirassé
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Péridinien nu

Péridinien nu
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean CACHON, Monique CACHON, « DINOPHYCÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dinophycees-dinoflagelles-peridiniens/