DENYS L'ANCIEN (431-367 av. J.-C.) tyran de Syracuse (405-367 av. J.-C.)

Tyran né en 431 av. J.-C. à Syracuse et mort dans cette même ville en 367 av. J.-C.

Après une carrière de fonctionnaire, Denys l'Ancien se distingue lors de la guerre contre Carthage qui débute en Sicile en 409 av. J.-C. Il tire parti d'une crise pour devenir tyran en 405. Au cours des huit années suivantes, il renforce et étend sa puissance sans montrer de pitié. Il fait bâtir une enceinte autour de Syracuse et fortifie le plateau des Épipoles. Les citoyens grecs de Naxos, Catane et Leontinoi sont chassés de leur ville. Nombre d'entre eux sont réduits en esclavage et leurs maisons sont attribuées à des mercenaires siciliens et italiens.

Denys l'Ancien est alors prêt à lancer sa grande armée contre Carthage, qui occupe l'ouest et le sud de la Sicile. Sa première guerre contre Carthage (397-396 av J.-C.), pendant laquelle les Grecs assiègent Motyè et les Carthaginois Syracuse, se termine par une victoire et confine l'ennemi au nord-ouest de la Sicile. Un deuxième conflit prend fin en 392 av. J.-C. avec un traité à l'avantage du tyran. Après 390, il dirige une expédition contre Rhégion et d'autre cités grecques d'Italie méridionale, et avec l'aide des Lucaniens, il ravage les territoires de Thourioi, Crotone et Locres. Quand Rhégion tombe (386 av. J.-C.), Denys l'Ancien est devenu le plus grand dirigeant de l'Italie grecque. Grâce à ses conquêtes en Sicile et dans le sud de l'Italie, Syracuse devient la plus puissante ville grecque à l'ouest de la Grèce continentale. Denys l'Ancien envoie des colons en Illyrie et sans doute dans le nord-est de l'Italie. Si l'auteur athénien Isocrate le salue comme un champion de l'hellénisme, la brutalité de ses conquêtes rendent Denys l'Ancien impopulaire en Grèce, et ses prétentions littéraires sont dénigrées. Lorsqu'il envoie une splendide ambassade au festival olympique de 388 av. J.-C., la foule pille les tentes de ses représentants.

La troisième guerre de Denys l'Ancien contre Carthage (383-375 av. J.-C. environ) se solde par un désastre. Essuyant une cinglante défaite à Kronion, il se voit forcé de payer une indemnité de 1 000 talents et de céder le territoire à l'ouest de la rivière Halycus. Lorsqu'il meurt, Denys l'Ancien est encore engagé dans un conflit contre les Carthaginois.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grande-Grèce

    • Écrit par Claude MOSSÉ
    • 3 360 mots
    ...forma autour de Crotone, à laquelle adhérèrent les principales cités italiotes. Mais la ligue ayant noué des relations avec les Carthaginois de Sicile, Denys, devenu tyran de Syracuse depuis 407-406 et soucieux d'assurer son autorité sur l'Italie méridionale, n'hésita pas à s'allier aux Lucaniens...
  • SICILE

    • Écrit par Maurice AYMARD, Michel GRAS, Claude LEPELLEY, Jean-Marie MARTIN, Pierre-Yves PÉCHOUX
    • 17 925 mots
    • 9 médias
    ...s'identifie alors avec celle de Syracuse, seule capable de s'opposer à Carthage. Pourtant, toutes les tentatives d'unification finirent par échouer. Le tyran Denys l'Ancien (405-367), maître de l'île, exerça son hégémonie sur l'Italie du Sud ; il répandait l'hellénisme tout en voulant dépasser le cadre...
  • TYNDARIS

    • Écrit par Roland MARTIN
    • 377 mots

    Située sur une plate-forme qui domine une belle crique au nord-est de la Sicile, Tyndaris a été le centre, dès l'Âge du bronze ancien (~ 1800-~ 1400), d'une civilisation originale qui se développe à côté des deux autres grandes civilisations de cette période en Sicile, celle de la Conca d'Oro...

  • TYRANNIE, Grèce antique

    • Écrit par Pierre CARLIER
    • 5 998 mots
    • 5 médias
    Deux ans plus tard, un ancien compagnon d'Hermocrate, Denys (connu comme Denys l'Ancien), dénonce vigoureusement l'incapacité des stratèges syracusains face aux Carthaginois, les fait condamner à mort pour trahison et se fait élire lui-même stratège unique, avec les pleins pouvoirs. Un peu plus tard,...

Voir aussi