DE LA GRAMMATOLOGIE, Jacques DerridaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’ouverture de la philosophie

Improbable traité, De la grammatologie devient ainsi le lieu d’une triple question : pourquoi, comment et à quel prix poser la question de l’écriture ? Une fois montré que l’interprétation occidentale de l’écriture commande de façon structurante tous les champs de l’expérience, de la pratique et du savoir, le livre reprend les questions essentielles. Une science de l’écriture est-elle envisageable ? À quelles conditions est-elle possible ? Déployées à travers la lecture de Lévi-Strauss et de Rousseau, ces questions remontent le cours de la philosophie. Elles commandent la teneur du travail philosophique, et peut-être plus seulement philosophique, qui doit permettre d’en ouvrir le champ, voire d’en lever les obstacles épistémologiques.

Englobant tous les champs de langage, permettant une critique non seulement de la philosophie mais aussi des sciences humaines, le geste « déconstructeur » – revendiqué, dans cet ouvrage, pour la première fois – se veut résolument affirmatif. L’essai est, de ce point de vue, parfaitement concluant : l’écriture élargie de l’inscription métaphysique est la condition de l’épistémè. Une hypothétique science de l’écriture devrait chercher son objet à la racine de la scientificité. La pensée qu’elle demande est d’une autre « nature », suppose une autre « culture » ; elle recoupe la pensée de la trace que suit, ici et là, l’œuvre du philosophe. Une telle pensée renvoie à un mouvement de provenance, à une structure de « précédance » qui surprend l’idée d’origine en soulignant, loin de toute présence pure, l’écart du sujet à lui-même. La trace évoque cette racine radicale (archi-originaire) qui fraye l’impensable passage, le possible partage entre parole et écriture. La trace n’est rien de tangible, pas même cette différance qu’elle signe. Parce qu’elle n’est rien d’autre qu’écriture, son esprit d’ouverture déconcerte toute discipline fatalement réductrice ; elle porte au mieux un autre savoir en germe, où la variation indéfinie du sens prend le pas sur la métaphysique de la pr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DE LA GRAMMATOLOGIE, Jacques Derrida  » est également traité dans :

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 353 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La présence en question »  : […] La dissémination est une opération réglée par la déconstruction, terme par lequel on désigne aujourd'hui communément la pensée de Derrida. Dans la « Lettre à un ami japonais » (in Psyché, inventions de l'autre ), Derrida évoque son apparition : « ... Je souhaitais traduire et adapter à mon propos les mots heideggériens de Destruktion et d' Abbau . Tous les deux signifiaient dans ce contexte une o […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier CAHEN, « DE LA GRAMMATOLOGIE, Jacques Derrida - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-grammatologie/