ROENTGEN DAVID (1743-1807)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

photographie : Table à jeu par David Roentgen

Table à jeu par David Roentgen

Table à jeu en acajou sculpté par David Roentgen (1743-1807). Victoria and Albert Museum, Londres. 

Afficher

Fils d'Abraham Roentgen (1711-1792), ébéniste allemand installé à Neuwied près de Coblence. Formé par son père, David Roentgen lui succède en 1772. Il donne une grande extension à l'atelier de Neuwied, dont la production se distingua par l'habileté des mécanismes et la virtuosité des marqueteries, ceci grâce à une double collaboration. Roentgen s'était, en effet, associé avec l'horloger Peter Kinzing qui inventa toutes sortes de secrets et de combinaisons qui devinrent célèbres. Il demanda, en outre, à Januarius Zick (1730-1797) des cartons pour les tableaux de marqueterie, scènes, paysages, allégories dont il décorait les meubles. Roentgen renouvela complètement l'art de la marqueterie en utilisant un très grand nombre de petites pièces pour indiquer chaque détail du dessin, ce qui lui permettait d'obtenir des dégradés de teintes, des ombres, etc.

Dès 1774, Roentgen entreprit un voyage à Paris pour vendre une partie de son travail. Contrairement à beaucoup de ses compatriotes, il ne chercha pas à y faire carrière. S'il se fit recevoir maître en 1780, ce fut uniquement pour faciliter son commerce, que la protection royale et son titre d'« ébéniste-mécanicien du roi et de la reine » ne suffisaient pas à défendre contre les privilégiés de la corporation. Cette maîtrise ne correspond d'ailleurs à aucun changement dans sa manière qui reste celle d'un ébéniste de formation purement allemande, avec une simplicité de lignes, quelquefois aussi une lourdeur tout à fait personnelle. Ses œuvres les plus prisées étaient les secrétaires monumentaux (comme celui du prince Charles de Lorraine, 1779, conservé au musée des Arts décoratifs de Vienne), les bureaux à cylindre et les tables qu'il exécuta pour la plupart des souverains d'Europe.

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification

Autres références

«  ROENTGEN DAVID (1743-1807)  » est également traité dans :

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 416 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le néoclassicisme, style Louis XVI et style Empire »  : […] Le style Louis XVI s'impose comme une réaction contre l'exubérance du rocaille. Les pieds droits, les dossiers carrés ou en médaillon, les cannelures, les ornements à l'antique (pompéiens) caractérisent les meubles créés en France par des ébénistes tels Oeben, Carlin, Beneman, Riesener, Weisweiler, des menuisiers comme Hauré, les Sené ou Georges Jacob ; en Allemagne par Abraham et David Roentgen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « ROENTGEN DAVID - (1743-1807) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/david-roentgen/