DANSE DE MORT (A. Strindberg)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En signant la mise en scène de Danse de mort (1900), Matthias Langhoff a fait en avril 1996 son entrée à la Comédie-Française, inscrivant du même coup la pièce d'August Strindberg au répertoire de la Maison de Molière. Double irruption, donc, fracassante et spectaculaire, placée à plus d'un titre sous le signe de la destruction. Et puisqu'il est question de subvertir, c'est l'esprit même de Strindberg qui est invoqué, tandis que résonne en voix off la profession de foi révolutionnaire contenue dans la Préface de Mademoiselle Julie, qui diagnostiquait la crise de l'art dramatique et appelait de ses vœux des formes nouvelles. Comme si, de concert, l'auteur et le metteur en scène s'étaient décidés à faire souffler sur l'institution un vent dévastateur.

C'est ainsi que, avec l'aide de la scénographe Catherine Rankl, Matthias Langhoff s'est d'abord attaché à dépouiller la prestigieuse salle Richelieu, dévoilant son squelette, laissant apparaître ses murs, y installant une cage de scène ceinte d'un néon bleu de music-hall. Nettoyé de la sorte, l'espace est libre pour qu'y prenne place l'encombrant fatras d'objets destiné par Strindberg à peupler l'intérieur où se joue le drame. Ici encore s'affiche la fidélité presque excessive de Langhoff à l'égard du dramaturge suédois : avant d'entendre le texte, on entendra la description maniaque des éléments du décor. Une voix lit la longue didascalie inaugurale, et force est de constater que sur scène les indications ont été suivies à la lettre. Rien ne manque, du piano à droite, du bureau à gauche, des portraits photographiques, du télégraphe, des couronnes de laurier ni du casque avec plumet de l'artilleur en faction. Tant d'exactitude, tant de respect dans le souci du détail relèvent à coup sûr d'une immense ironie, et dès lors ce long inventaire hétéroclite qui ouvre la représentation fait figure d'avertissement. À l'intérieur de cette forteresse, il faudra compter avec un trop-p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer l’article

David LESCOT, « DANSE DE MORT (A. Strindberg) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danse-de-mort/