LIBESKIND DANIEL (1946- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1946 à Lodz en Pologne, Daniel Libeskind se destinait à une carrière de musicien quand il décida de se lancer dans l'architecture. Formé à la Cooper Union School de New York (il est diplômé en 1970), il emprunte, avant de construire, le chemin des théories déconstructivistes influencées par la pensée de Jacques Derrida. Son œuvre est placée sous le signe du sens et de la mémoire.

Pour la biennale de Venise, en 1985, Daniel Libeskind édifie des machines en bois (« Machine à lire », « Machine de mémoire » et « Machine à écrire » composées de 2 662 pièces...) qui brûleront lors d'une exposition à Genève quelques années plus tard. En 1988, il est l'un des huit architectes déconstructivistes présentés au Museum of Modern Art de New York. Cette exposition « historique » constitue pour lui le tremplin qui lui permit de passer de la théorie à la pratique. Son premier bâtiment, un pavillon, est construit au Japon (Osaka Folly, 1989-1990) ; il est invité ensuite à de nombreux concours internationaux. À partir des collages et autres assemblages de sa première période, il s'engage dans une réflexion sur la sédimentation de la ville et sur la mutation des lieux. Après City Edge, projet lauréat étudié en 1987 dans le cadre de l'I.B.A. (Internationale Bauausstellung) de Berlin, il se distingue à deux reprises. D'une manière très radicale, en 1993 ; avec un projet pour le site de Sachsenhausen qui fait grand bruit : il propose, afin d'« accélérer la ruine de l'histoire », de noyer les vestiges du camp de concentration nazi sous un lac. Son projet pour la célèbre Alexanderplatz à Berlin est un autre succès médiatique. Là encore, l'architecte se bat avec l'histoire en proposant, plutôt que de raser ce que l'ère soviétique avait légué à la ville, de le couler au milieu du bâti existant. Il obtient un deuxième prix (de consolation), la ville de Berlin préférant construire un ensemble de tours signé Hans Kolhoff [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : journaliste, critique d'architecture, rédacteur en chef de la revue D'architectures

Classification


Autres références

«  LIBESKIND DANIEL (1946- )  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 008 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les suites du 11 septembre 2001 : la difficile gestation d'un projet commémoratif »  : […] La destruction des tours jumelles du World Trade Center de Minoru Yamasaki a dramatiquement posé les questions : reconstruire, mais comment ? Comment combler cette blessure urbaine, et créer un lieu qui, tout en faisant sa place au souvenir, demeure ouvert sur l'avenir ? Six premiers projets ayant été dévoilés dès juillet 2002, mais aucun n'ayant été retenu, neuf autres propositions sont présentée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-l-architecture/#i_99750

NEW YORK

  • Écrit par 
  • Cynthia GHORRA-GOBIN
  • , Universalis
  •  • 7 916 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La spécificité de Manhattan, les gratte-ciel »  : […] On rencontre à Manhattan une architecture très diverse. À partir du début du xx e  siècle, les gratte-ciel ont bouleversé son paysage, notamment le Chrysler Building (achevé en 1930) , l'Empire State Building, sur la Cinquième Avenue (achevé en 1931) puis le World Trade Center (1973), trois bâtiments qui, au moment de leur construction, furent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-york/#i_99750

Pour citer l’article

Francis RAMBERT, « LIBESKIND DANIEL (1946- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-libeskind/