CYTOMÉTRIE EN FLUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Adjonction de la cytométrie par analyse d'images

La conception de la cytométrie en flux nécessite une contrainte principale : l'obtention de suspensions monodispersées et la résistance cellulaire à des forces dues à l'entraînement dans un flux laminaire liquide. Les cellules nécessitant leur ancrage à des supports biologiques ou artificiels pour maintenir leur viabilité et préserver leur identité phénotypique n'ont pas suffisamment bénéficié de l'apport de la cytométrie en flux, dont les contraintes techniques (qu'elles soient instrumentales ou liées à la préparation de l'échantillon) ne permettent pas de conserver l'environnement dans lequel évoluent les cellules.

La cytométrie par analyse d'images, principalement destinée aux cellules dépendantes d'un support, offre la possibilité d'analyse in vivo en l'absence de mise en suspension préalable. L'environnement de culture est alors préservé (régulation de la température, contrôle du milieu nutritif, maintien des contacts intercellulaires, absence d'altérations dues au détachement par des enzymes...). La cytométrie par analyse d'images permet d'examiner et d'inventorier des populations cellulaires de faible densité, d'étudier la cinétique des réponses cellulaires sous l'effet de molécules en fonction du temps, et autorise la répétition des mesures sur la même cellule ou le même groupe de cellules. La sélection cellulaire est réalisable soit par destruction des cellules indésirables, soit par un procédé de découpage du support sur lequel se trouve(nt) fixée(s) la (ou les) cellule(s) choisie(s) pour ses (leurs) caractéristiques.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : docteur ès sciences.
  • : docteur ès sciences, maître de conférences à l'université Joseph Fourier, Grenoble.

Classification


Autres références

«  CYTOMÉTRIE EN FLUX  » est également traité dans :

HERZENBERG LEONARD (1931-2013)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 261 mots

L’immunologiste américain Leonard Herzenberg est surtout connu pour avoir mis au point dans les années 1960 un trieur de cellules ( fluorescence- activated cell sorter , FACS) capable d’identifier des cellules vivantes particulières parmi des milliards d’autres à partir des signatures de leurs protéines. Cet appareil, le plus largement utilisé qui soit fondé sur la cytométrie en flux, a donné n […] Lire la suite

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques et identification »  : […] En microscopie optique, après étalement, fixation et coloration de suspensions cellulaires obtenues à partir du sang de la lymphe ou d'organes lymphoïdes, on distingue aisément lymphocytes et plasmocytes. Les petits lymphocytes se présentent comme des cellules rondes (fig. 4), d'une taille à peine supérieure à celle des globules rouges, d'un diamètre de 7 à 8 μm. Le noyau arrondi ou encoché occup […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

José PIERREZ, Xavier RONOT, « CYTOMÉTRIE EN FLUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cytometrie-en-flux/