CRIME ET CHÂTIMENT (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Crime et châtiment, c'est le titre, emprunté à Dostoïevski, d'une exposition du musée d'Orsay (16 mars - 27 juin 2010), dont l'idée initiale revient à Robert Badinter et la conception à Jean Clair. Rassemblant quelque 475 œuvres d'art, objets et documents, elle explore une période de deux siècles durant laquelle la légitimité de la peine de mort, finalement abolie en 1981, a nourri des débats politiques et éthiques passionnés. Le meurtrier, figure en négatif du héros, a fasciné écrivains et artistes, et le crime alimenté les chroniques de la presse à sensation. Voilée de noir, une guillotine, utilisée jusqu'en 1977, attendait au coin d'une salle le visiteur, averti que certaines des œuvres exposées pouvaient heurter sa sensibilité.

Le crime de Caïn tuant son frère Abel, mis en scène par Falguière, Gustave Moreau ou George Grosz, ouvrait le parcours, comme l'acte fondateur des meurtres en tous genres, posant d'emblée la question du châtiment. Dieu, dont le sixième commandement ordonne « Tu ne tueras point », ne condamne pas Caïn à mort mais le marque d'un signe, le remords, fruit de la culpabilité (Füssli), qui est aussi le châtiment infligé à Oreste poursuivi par les Erynnies (W. Bouguereau). La peine capitale, « le plus prémédité des crimes » selon Camus, est la réponse de l'homme au châtiment divin, ce que synthétise magistralement Prud'hon dans La Justice et la Vengeance divine poursuivant le crime (1808).

Si la Révolution débat, en 1791, sur la peine capitale, elle va l'instituer comme un acte égalitaire. En mars 1792, il est décidé que les exécutions se feront par décollation et que la guillotine, réputée plus sûre, sera l'outil du supplice. De Géricault à Moreau et Redon, ainsi qu'aux fragments anatomiques de Rodin, les têtes coupées vont dès lors hanter un imaginaire artistique qui garde aussi en mémoire la décapitation de saint Jean-Baptiste.

La Révolution réactive également le thème du sacrifice, avec l'assassinat du régicide Le Pele [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Robert FOHR, « CRIME ET CHÂTIMENT (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/crime-et-chatiment/