CORÉESDu rapprochement à la défiance

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le retour controversé de la droite conservatrice à Séoul

Le président Roh Moo-hyun, démocrate qui avait remporté de justesse l'élection présidentielle en 2002 en bénéficiant d'une mobilisation sans précédent de la jeunesse sur le cyberespace, a dû faire face à une opposition conservatrice majoritaire à l'Assemblée nationale, et qui détenait de surcroît la plupart des moyens de communication écrite et audiovisuelle. De mars à mai 2004, il a été suspendu de ses fonctions par les députés qui ont voté contre lui une motion de censure, et ce n'est qu'après une décision de la Cour constitutionnelle qu'il a été rétabli dans ses fonctions. N'étant lié à aucun réseau de pouvoir en place, autodidacte, cet avocat militant des droits de l'homme n'a pas cherché à jouer du clientélisme. Peut-être un peu en avance sur son temps, il a fait les frais des clivages profonds qui divisent encore aujourd'hui la société sud-coréenne, victime du régionalisme qui oppose le Sud-Est conservateur et le Sud-Ouest progressiste, ainsi que de l'affairisme et de ses cercles d'influence. Sa marge de manœuvre a été très étroite et sa contribution principale concerne la démocratisation des institutions et la participation des citoyens. Il a dû composer avec les États-Unis et accepter d'envoyer des troupes en Irak dès 2004, ce qui l'a rendu très impopulaire, de même que, à partir de 2006, les négociations avec Washington sur un traité de libre-échange, signé le 1er avril 2007, ou encore sur le retrait des troupes américaines stationnées en Corée et le retour du contrôle des opérations militaires au gouvernement sud-coréen en 2012, mesure très mal vue par les conservateurs qui craignent de devoir payer un coût élevé pour la défense du pays. Depuis la crise financière de 1997, la confiance des citoyens s'est érodée : chômage des jeunes à 7 p. 100, crise du crédit à la consommation et de l'immobilier ont contribué à détourner les électeurs des urnes et des candidats. Son dernier geste, lors de ses vœux pour le nouvel an, a été l'amnistie de vingt et un chefs d'entrepr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : chercheur indépendant, chargée de cours à Sciences Po Paris, membre associé du Centre de recherches sur la Corée au sein de l'équipe Chine, Corée, Japon de l'E.H.E.S.S.-C.N.R.S.

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Corée du Sud. Crise gouvernementale et reprise des discussions avec la Corée du Nord. 4-7 septembre 2001

Le 4, le gouvernement annonce sa démission à la suite de la motion de défiance votée par le Parlement, et notamment par l'Union libérale démocrate, membre de la coalition au pouvoir, à l'encontre de Lim Dong-won, ministre de l'Unification, responsable de la politique de rapprochement entre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Orange RIVÉ-LASAN, « CORÉES - Du rapprochement à la défiance », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/corees/