CONFRÉRIES DE MÉTIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Groupements constitués à la fin du Moyen Âge (xive et xve siècle en général) dans le cadre des diverses manifestations de la solidarité entre égaux qui tendait à remplacer les liens de protection caractéristiques de l'époque féodale. Les confréries organisaient la vie religieuse des membres d'un métier (corporation, guilde, métier juré, mais aussi métier libre) et assuraient en particulier aux défunts la prière communautaire. Elles assumaient aussi la responsabilité collective d'assistance envers les membres pauvres ou malades, les vieillards, les veuves et les orphelins. Complétant le métier et renforçant sa cohésion, les confréries mettaient parfois à sa disposition leurs ressources matérielles, notamment leurs lieux de réunion. Il serait, cependant, erroné de croire que les confréries étaient simplement calquées sur le système corporatif. Bien que les hommes et les chefs fussent souvent les mêmes, la correspondance était très inégale : il y eut parfois deux ou trois confréries pour un métier, et d'autres furent communes à plusieurs métiers. Surtout, les structures sociales différaient notablement : tenus à l'écart de la plupart des confréries, les compagnons tendirent à former des confréries distinctes de celles des maîtres.

Ces organismes ont, à bien des reprises, paru suspects à l'Église et au pouvoir laïque, tant par leur situation marginale dans la vie liturgique, normalement animée par les clercs, que par leur capacité à assembler les gens de métier et à couvrir d'un prétexte religieux d'authentiques manifestations sociales. Les confréries furent parfois dissoutes, en particulier au cours du xvie siècle.

Jouant, dans les grandes villes marchandes ou industrielles, un rôle considérable pour l'animation de la vie intellectuelle et artistique, les confréries ont été l'un des agents du mécénat bourgeois, faisant décorer leurs chapelles, offrant aux églises des œuvres d'art (retables, tableaux, vitraux, statues, orfèvrerie), organisant des fêtes. Certaines (confréries de la Passion, à Paris, à partir du xve siècle) se spécialisèrent, hors de toute appartenance professionnelle, dans l'organisation du théâtre.

—  Jean FAVIER

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  CONFRÉRIES DE MÉTIER  » est également traité dans :

ARTISANAT

  • Écrit par 
  • Denis CHEVALLIER, 
  • Louis LERETAILLE
  • , Universalis
  •  • 7 093 mots

Dans le chapitre « Les « métiers » médiévaux »  : […] À l'origine, les artisans étaient pour la plupart des serfs ; toutefois, en récompense ou en garantie de leur travail, il leur arrivait d'être affranchis, voire fieffés. Dès le ix e  siècle, ils commencent à se grouper en sociétés de protection mutuelle. Ce seront les « geldoniae » ( guildes) et les « confratriae » ( confréries) dont les traditio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/artisanat/#i_21287

CORPORATIONS

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 3 421 mots

Dans le chapitre « Rapports avec la religion et les régimes politiques »  : […] L'attitude de l'Église catholique à l'égard des corporations a varié. C'est d'abord une méfiance exprimée dès 832 par l'archevêque Hincmar de Reims, hostile aux aspects païens des banquets de confréries professionnelles – la potacio à caractère de beuverie – et à la nature non chrétienne du lien confraternel. Plus tard, une partie au moins du clergé urbain a tendance à s'appu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corporations/#i_21287

FRANC-MAÇONNERIE

  • Écrit par 
  • Roger DACHEZ, 
  • Luc NEFONTAINE
  •  • 10 707 mots

Dans le chapitre « La maçonnerie opérative »  : […] Sans remonter à l'ancienne Égypte – dont la redécouverte inspirera pourtant une partie de la franc-maçonnerie au début du xix e  siècle –, on sait que dans la Rome antique, déjà, les artisans et notamment les charpentiers, maçons et tailleurs de pierre se rassemblaient dans les collegia fabrorum , sorte de corporations mi-pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franc-maconnerie/#i_21287

OUVRIER MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • Bernard PUDAL
  •  • 10 989 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Premières organisations »  : […] Dès le xvi e  siècle, les compagnons ne trouvent plus de protection dans le cadre de la corporation. D'une part, le système corporatif est loin de concerner l'ensemble du travail industriel ; bien des professions, bien des localités lui échappent. D'autre part et surtout, la corporation se transforme. Son évolution est sensible en Angleterre comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-ouvrier/#i_21287

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « CONFRÉRIES DE MÉTIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confreries-de-metier/