COMPORTEMENT ANIMALComportement social

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Altruisme

L'altruisme peut être défini en éthologie comme un comportement amenant un bénéfice pour le receveur et un coût sans bénéfices immédiats pour le donneur. Ce type de comportement est, à première vue, contradictoire pour la théorie de la sélection naturelle. En effet, comment peut-on par exemple expliquer que l'évolution ait pu sélectionner des gènes prédisposant à l'altruisme comme chez les abeilles qui se sacrifient (en piquant un intrus alors qu'elles ne survivent pas à la perte de leur dard) pour le bénéfice de la ruche et qui nourrissent des larves qui ne sont pas leurs descendantes ? À partir de la seconde moitié du xxe siècle, la sociobiologie (terme créé par E. O. Wilson en 1975) tente d'expliquer l'apparition, au cours de l'évolution, des comportements sociaux et en particulier de l'altruisme. Les chercheurs ont découvert depuis lors diverses raisons à l'altruisme chez les animaux.

Partage de nourriture

Le partage existe fréquemment entre les parents et leurs descendants ou entre les membres d'un couple (chez les oiseaux, le mâle nourrit souvent la femelle en période de reproduction). Cette notion peut s'expliquer par le fait que les animaux qui s'occupent de leurs petits (ou aident leur conjoint à s'en occuper) transmettront mieux leurs gènes puisqu'ils auront plus de petits qui survivront et que ces petits héritent des gènes de leurs parents (y compris les gènes favorisant les soins aux jeunes). Mais les animaux peuvent également transmettre leurs gènes de façon indirecte en aidant des individus apparentés. Il arrive donc que seul un ou quelques individus se reproduisent dans une colonie, les autres se contentant de prendre soin de leurs frères et sœurs : c'est le cas chez les insectes sociaux (abeilles, guêpes, fourmis, termites) ou chez de rares mammifères comme les rats-taupes glabres. Il peut aussi y avoir des stratégies intermédiaires chez certains oiseaux (comme les geais) ou certains mammifères (comme les suricates) : les descendants d'un couple commencent leur vie adulte en aidant à élever leurs frères et sœurs plus jeunes puis quittent leurs parents pour élever leurs propres petits quand les conditions deviennent favorables (disponibilité d'un territoire par exemple).

Suricates

Photographie : Suricates

Les suricates, carnivores peuplant les plaines dégagées du sud de l'Afrique, sont des animaux qui vivent en groupe et pratiquent l'entraide sociale. Par exemple, certains prennent soin de leurs frères et sœurs plus jeunes. 

Crédits : Digital Vision/ Getty Images

Afficher

D'autres explications doivent être trouvées pour les espèces chez lesquelles certains individus s'occupent de jeunes qui ne leur sont pas apparentés. Dans certains cas, comme chez un oiseau appelé alcyon pie, les parents tolèrent des individus étrangers sur leur territoire si ces étrangers les aident à nourrir leurs jeunes. Chez une autre espèce d'oiseau, le cratérope écaillé, le don de nourriture semble être un moyen de montrer sa valeur. L'altruisme améliore alors le statut social et aide à trouver des partenaires sexuels. Le partage peut aussi être réciproque : les chauves-souris vampires forment des associations préférentielles au sein desquelles les chauves-souris qui n'ont pas trouvé à manger reçoivent du sang de celles qui ont eu plus de chance, les rôles s'inversant au gré des circonstances.

Chez certaines espèces parmi les plus intelligentes, notamment les grands singes, ces comportements sont plus flexibles : on observe des différences selon les individus ou selon les circonstances. Le partage a été étudié par Frans de Waal chez les chimpanzés en captivité en leur distribuant de grosses brassées de feuilles. Le possesseur du feuillage partage en moyenne avec la moitié des individus qui le lui demandent. Mais tous les individus ne se comportent pas de la même façon. Par exemple, chez les chimpanzés étudiés, une femelle appelée Gwinnie ne laissait que son petit prendre sa nourriture. Au contraire, une autre femelle, Mai, partageait facilement. Bien entendu, lorsque la situation s'inversait, Mai recevait une large part des feuilles, tandis que les chimpanzés refusaient en général d'en donner à Gwinnie.

Échanges de services

Les chimpanzés peuvent également rendre un service en échange d'un autre service. Par exemple, de la nourriture peut être offerte après un toilettage. On trouve aussi chez les singes une réciprocité dans les rapports d'alliance entre individus qui se soutiennent réciproquement lors de combats. Le rapport sexuel est également une monnaie d'échange entre mâles et femelles, en particulier chez les bonobos.

Une expérience intéressante a é [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Castor du Canada

Castor du Canada
Crédits : Darrell Gulin/ the Image Bank/Getty Images

photographie

Babouins

Babouins
Crédits : Manoj Shah/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Combat de cerfs

Combat de cerfs
Crédits : S. Meyers GDT/ Ardea London

photographie

Comportement animal : relations de dominance-subordination chez les bovins

Comportement animal : relations de dominance-subordination chez les bovins
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COMPORTEMENT ANIMAL  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 860 mots

Le comportement animal peut être défini comme l'ensemble des mouvements, postures, vocalisations et autres manifestations corporelles (telles que changements de couleur ou émission de phéromones) que l'on observe chez les animaux. La gamme de leurs activités comportementales dépend au premier chef de leur degré d'organisation, que ce soit leur anatomie généra […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 822 mots
  •  • 5 médias

Tout comportement peut être expliqué à deux niveaux : par ses causes proximales et par ses causes ultimes, dites distales (cf. éthologie). Étudier les premières consiste à comprendre les raisons immédiates pour lesquelles un animal accomplit un comportement. Les causes proximales sont donc liées à la physiologie de l'animal (qui influe […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Développement du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 914 mots
  •  • 2 médias

Chez les insectes, les individus passent par un stade larvaire au cours duquel leur morphologie et, donc, leur comportement peuvent être totalement différents. Quoi de commun entre une chenille rampant et se nourrissant de feuilles et le papillon qu'elle deviendra, qui vole et se nourrit de nectar ? Le stade larvaire peut d'ailleurs durer beaucoup plus long […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 995 mots
  •  • 7 médias

En éthologie, la communication peut être définie comme la transmission d'un signal (chimique, visuel, auditif...) d'un individu à un ou plusieurs autres, ce signal étant sélectionné par l'évolution pour sa valeur informative ; cette dernière précision permet de ne pas parler de communication lorsque des informations sont émises de façon purement contingent […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement reproducteur

  • Écrit par 
  • Marc THÉRY
  •  • 3 829 mots
  •  • 5 médias

Les animaux déploient une multitude d'ornements et de comportements pour séduire un partenaire sexuel et se reproduire. Les danses nuptiales, les sons et les odeurs sexuelles sont des signaux très utilisés, et c'est souvent le mâle qui déploie ses meilleurs atours pour séduire la femelle. Les arguments de séduction, ainsi que la préférence pour ces arguments chez l'autre sexe, passionnent depuis l […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Les facteurs exogènes »  : […] Les choses se compliquent singulièrement lorsqu'on s'intéresse aux facteurs de l'environnement qui suscitent ou contrôlent les comportements d'agression. Chez l'animal, il est banal de faire apparaître le rôle de l'espace disponible, de la frustration, de la privation alimentaire, de la concurrence, de la structure sociale du groupe, dans l'expression de l'agression. Il est également certain que, […] Lire la suite

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement du behaviorisme »  : […] Après Watson, la psychologie expérimentale se développe, aux États-Unis, de façon extrêmement rapide ; elle se caractérise, pour l'essentiel, par son inspiration behavioriste. Toutefois il subsiste aussi, parallèlement, une pratique assez étendue de la psychologie non expérimentale, surtout dans le domaine clinique, où le behaviorisme ne pénètre que très lentement et où les courants psychanalytiqu […] Lire la suite

BUYTENDIJK FREDERIK (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 1 277 mots

Occupant une place particulière parmi les meilleurs psychologues contemporains, le savant hollandais F. J. J. Buytendijk, qui fut pendant de longues années professeur aux universités de Nimègue et d'Utrecht, peut difficilement être rangé dans une école. On ne peut pas non plus le considérer comme un éclectique préoccupé de psychologie générale. Ce qui domine son œuvre est avant tout le souci de ré […] Lire la suite

CHARLES SHERRINGTON : CONCEPT D'INTÉGRATION NERVEUSE

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET, 
  • Yves LAPORTE
  •  • 303 mots

La parution en 1906 d'un important ouvrage de sir Charles Scott Sherrington fait date en neurophysiologie. Dans Integrative Action of the Nervous System , il interprète l'unification du comportement d'un organisme comme l'expression ultime d'un processus d'intégration nerveuse. Sous sa forme la plus élémentaire, celui-ci consiste, pour un neurone sur lequel convergent de multiples terminaisons ex […] Lire la suite

COMMENSALISME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 153 mots

En biologie, on désigne par commensalisme une interaction durable entre des individus d'espèces différentes où l'un des partenaires retire un bénéfice de l'association tandis que l'autre n'y trouve ni avantage ni véritable inconvénient. Par exemple, les poissons-clowns des récifs coralliens s'associent avec des anémones de mer ; grâce à leur immunité vis-à-vis des poisons urticants de l'anémone […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dalila BOVET, « COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-comportement-social/