CLOÎTRE DE SAINT-PIERRE DE MOISSAC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est sous l'égide clunisienne et après la reconstruction de l'église abbatiale Saint-Pierre qu'intervinrent les travaux du cloître de Moissac achevé vers 1100. Sur un ensemble de 75 chapiteaux romans surmontant des colonnettes alternativement simples et doubles, 45 sont historiés sur les quatre faces. Ce parti ornemental, favorisé par la situation des scènes placées à hauteur des yeux, tranchait avec les préférences de l'époque qui laissaient une large part aux décors végétaux et géométriques. Des inscriptions facilitaient la compréhension des scènes dont le thème principal était la Rédemption. L'essentiel des représentations était lié à l'enfance du Christ et à sa vie publique, ne laissant qu'une faible place à la Passion. Déjà évoqués sur les piliers d'angles et du centre des galeries, les apôtres étaient également présents sur les chapiteaux, notamment Pierre, dédicataire de l'église abbatiale et dont des reliques étaient insérées dans le chapiteau relatant son martyre. Par ce cloître historié, le plus ancien exemple conservé en France, on voulait sans doute affirmer le caractère de sainteté des moines clunisiens, nouveaux apôtres de la chrétienté.

—  Christophe MOREAU

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Christophe MOREAU, « CLOÎTRE DE SAINT-PIERRE DE MOISSAC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cloitre-de-saint-pierre-de-moissac/