CLAIR GÉRARD RÉGNIER dit JEAN (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des thématiques transversales

Cette dimension polémique ne doit pas éclipser la part primordiale de son œuvre : Jean Clair est avant tout à l’origine d’expositions remarquables. Le commissaire remet parfois au goût du jour des pans entiers de la création autrefois dénigrés pour des raisons idéologiques (une veine picturale figurative dans La Nouvelle Subjectivité, festival d’Automne à Paris-Fondation Rothschild, 1976, et Les Réalismes, Centre Georges-Pompidou, 1980) ou historiques (Vienne, 1880-1938 : l'apocalypse joyeuse, Centre Georges-Pompidou, 1986). Il décrit à maintes reprises le dialogue entre la science et l’art au travers de la représentation, en montrant combien les découvertes scientifiques ont généré des images qui ont inspiré les artistes – notamment dans l’Âme au corps : arts et sciences, 1793-1993 (Galeries nationales du Grand Palais, 1993), mais aussi lorsqu’il assure en 1995 le commissariat de la biennale de Venise, édition marquant le centenaire de cette manifestation internationale, avec l’exposition Identité et Altérité, figures du corps. Plus tard, il déroule l’histoire de la conquête de l’espace, des paysages désolés de Caspar David Friedrich aux plus récentes images des galaxies lointaines envoyées par le télescope Hubble (Cosmos. Du romantisme à l’avant-garde, musée des Beaux-Arts de Montréal, 1999).

En 2005, il met en lumière la permanence, de l’Antiquité à l’âge contemporain, d’une tendance mélancolique dans la création artistique (Mélancolie. Génie et folie en Occident, Galeries nationales du Grand Palais, Paris). Il s’intéresse enfin à la manière dont l’iconographie de la criminologie a influencé l’art du xixe siècle dans l’exposition Crime et châtiment (musée d’Orsay, 2011), dont le parcours ouvre sur une guillotine voilée de noir.

L’apport de Jean Clair à l’histoire de l’art tient à cette volonté de la décloisonner, en confrontant notamment des œuvres d’art à des artefacts scientifiques (par exemple des cires anatomiques, des instruments d’optique), et les théories de l’art à des discipl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLAIR GÉRARD RÉGNIER dit JEAN (1940- )  » est également traité dans :

BIENNALE DE VENISE

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 1 136 mots

Fondée en 1895, la biennale de Venise est la plus ancienne institution artistique de caractère international. À l'origine, elle est l'expression de la participation de la cité des Doges à la commémoration du jubilé du mariage de Umberto I er et de Marguerite de Savoie. Dans un souci populaire et culturel, Venise décida alors de créer « une exposition artistique nationale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biennale-de-venise/#i_55673

PICASSO MUSÉE, Paris

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 1 205 mots

Dans le chapitre « L’aménagement de l’hôtel Salé »  : […] L’hôtel Salé, bâtiment du xvii e  siècle, qui est destiné à abriter le musée Picasso va faire l’objet d’une campagne de restauration confiée à l’architecte Roland Simounet. Les parties classées aux Monuments historiques sont conservées telles quelles (vestibule, grand escalier d’honneur, salon de Jupiter). Tous les soins de Simounet consistent à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-picasso-paris/#i_55673

Pour citer l’article

Richard LEYDIER, « CLAIR GÉRARD RÉGNIER dit JEAN (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clair-gerard-regnier-dit-jean/