RUSSE CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du dégel à la perestroïka

Le dégel

À la mort de Staline, la production est au plus bas : quinze films produits en 1950, six en 1951, dix-huit en 1952. Les cinéastes de l'ancienne génération sont parmi les premiers à réagir : en 1954-1955, les films de Kheifits (La Grande Famille), Kalatozov (Fidèles Amis), Raïzman et son scénariste Gabrilovitch (La Leçon de la vie), Ermler (Le Récit inachevé), reviennent aux intrigues individuelles non exemplaires. À partir de 1956, année du XXe congrès, surgit une nouvelle génération, dont le premier représentant est Grigori Tchoukhraï avec Le Quarante et Unième (1956), hymne à l'amour et à la liberté qui déplace le centre d'intérêt du film muet de Protazanov dont il reprend le thème. Marlen Khoutsiev débute avec Printemps dans la rue Zaretchnaia et Eldar Riazanov avec Nuit de carnaval (1956). Les républiques sont plus libres, parce que loin du centre : L'Âne de Magdana (1955), de Tenguiz Abouladze et Rezo Tchkheidze, est un signe avant-coureur de leur renaissance. Mais le film qui redonne une présence internationale au cinéma soviétique est Quand passent les cigognes (1957), du vétéran géorgien Mikhaïl Kalatozov : film d'émotions qui renoue avec la tradition humaniste russe, mais aussi mélodrame qui fait pleurer le public comme il ne le pouvait jusque-là qu'avec les films indiens.

Tandis que sort la seconde partie d'Ivan le Terrible (1958), Dovjenko meurt à la veille du tournage du Poème de la mer, qui sera fidèlement réalisé par son épouse Youlia Solntseva, et la vieille génération va au bout de son style en donnant quelques merveilles : La Dame au petit chien, de Kheifits (1960), Et si c'était l'amour, de Raïzman (1961), Le Lutteur et le clown, de Barnet (1957), Le Cheval qui pleure, de Donskoï (1958). Mikhaïl Romm est le premier à tirer à travers le cinéma un bilan d'une vie dans l'histoire du siècle, avec Neuf Jours d'une année (1962). Il poursuivra la même réflexion, mais avec les moyens du cinéma de montage, dans Le Fascisme ordinaire (1965). Malgré Le Destin d'un homme, de l'acteur-réalisateur Serguei Bondartchouk (1959), su [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Eisenstein

Eisenstein
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tempête sur l'Asie, V. Poudovkine

Tempête sur l'Asie, V. Poudovkine
Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

La Terre, A. Dovjenko

La Terre, A. Dovjenko
Crédits : Vufku-Kino-Ukrain/Amkino/ The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

Ivan le Terrible, S. M. Eisenstein

Ivan le Terrible, S. M. Eisenstein
Crédits : Sovfoto/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RUSSE CINÉMA  » est également traité dans :

L'ARCHE RUSSE (A. Sokourov)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 024 mots

Le récit de L'Arche russe (2002) s'ouvre dans un registre quelque peu énigmatique. L'écran, gris, n'est animé par aucune image, tandis qu'une voix off murmure : « J'ouvre les yeux et je ne vois rien... », avant d'évoquer une impression de peur ressentie par des personnes qui s'enfuient, sans qu'elles puissent être aperçues à l'image. Sans transition, le premier plan, en couleur cette fois, fait […] Lire la suite

BONDARTCHOUK SERGUEÏ FEDOROVITCH (1920-1994)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 603 mots

Acteur et réalisateur soviétique, Serge Bondartchouk fut l'élève de Maximov à l'école de théâtre de Rostov, où il fut initié au système de Stanislavski ; il poursuivit ses études à Moscou, où il fut l'élève de Guerassimov. Il débute comme acteur dans le rôle de Valko de La Jeune Garde ( Molodaïa Gvardiïa , 1948, de S. Guerassimov), puis il joue dans Le Chevalier à l'étoile d'or ( Kavaler zolotoï […] Lire la suite

LES CHEVAUX DE FEU, film de Sergueï Paradjanov

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 892 mots

D'origine arménienne, né à Tbilissi en Géorgie, Sergueï Paradjanov (1924-1990), étudie le chant au Conservatoire, de 1942 à 1945, et la peinture, avant de s'orienter vers la carrière de cinéaste. De 1946 à 1952, il suit les cours du V.G.I.K. (Institut Cinématographique d'État) de Moscou, dans la classe d'Igor Savtchenko et participe au tournage des deux derniers films de ce cinéaste, Le Troisième […] Lire la suite

CHOUKCHINE VASSILI MAKAROVITCH (1929-1974)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 804 mots

L'enfance et la jeunesse de Choukchine sont celles de nombreux jeunes de sa génération : enfance pauvre dans un kolkhoz de Sibérie, avec ses privations, mais aussi ses joies, qu'il a décrites dans ses nouvelles à caractère autobiographique ( Lointaines Soirées d'hiver ...). À seize ans, il travaille au kolkhoz, puis part sur des chantiers et fait mille métiers : ouvrier, radio dans la marine, dire […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Les grands Soviétiques après 1930 »  : […] À l'avènement du parlant, comment allaient réagir les grands cinéastes soviétiques, eux qui avaient fait du cinéma muet un authentique moyen d'expression ? Il est frappant de voir que leur attitude fut à la fois réactionnaire, lucide et constructive. Dès 1930, Eisenstein, Poudovkine et Alexandrov publient un manifeste devenu célèbre, où ils prennent position : « Le film sonore, écrivent-ils, est […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Puissances du montage (l'école soviétique) »  : […] « Béla oublie les ciseaux », reproche Eisenstein à Balázs. Cette phrase définit assez l'orientation des théoriciens-cinéastes soviétiques, qui tiennent le montage pour l'essence du cinéma et lui donnent chacun un sens selon leur pratique, liée à la recherche et à l'enseignement. Lev Koulechev (1899-1970) va démontrer, expérimentalement, la puissance du montage en collant le même gros plan d'un […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tendances européennes »  : […] Pendant que quelques ateliers européens essaient vainement d'égaler la perfection technique et humoristique de l'animation américaine, des créateurs isolés, persuadés qu'en matière de dessin animé caricatural l'Europe ne fera rien de mieux que les animateurs d'Hollywood, tentent de trouver autre chose en introduisant dans le cinéma d'animation leur exigence de peintre, de graveur ou d'illustrateur […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le premier cinéma soviétique : le montage contre la mise en scène »  : […] Là où l'expressionnisme s'exprimait par le plan-tableau, surcomposé, surdéterminé, nécessairement statique, rejetant le montage et le mouvement en général comme susceptible de détruire une composition longuement élaborée, le cinéma soviétique issu de la révolution d'Octobre trouve d'autres solutions qui feront progressivement table rase non seulement de la notion de mise en scène, mais également d […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 663 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'avant-garde soviétique »  : […] Les cinéastes soviétiques des années 1920 vont également faire du montage le centre de leurs préoccupations. En montant un même gros plan d'acteur face à des images différentes, Lev Koulechov démontre que le spectateur produit lui-même les liaisons entre les images et les sentiments qui en découlent. Une série de plans empruntés à des lieux ou à des corps différents montés ensemble donnent l'illu […] Lire la suite

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 282 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un instrument de propagande »  : […] La modernité du cinéma, son pouvoir de fascination ou de conviction, sa capacité à atteindre et à pénétrer les masses en ont fait un instrument dont Lénine (« De tous les arts, l'art cinématographique est pour nous le plus important », en 1919, lors de la nationalisation du cinéma russe) comme Mussolini (« La cinématographie est l'arme la plus forte », cette affirmation cent fois redite était affi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard EISENSCHITZ, « RUSSE CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/