SHERMAN CINDY (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre kitsch et terreur

Dans la série des Têtes monstrueuses de 1994, aux aspects cubistes, géométriques, certaines aux couleurs rougeâtres évoquant le sang, nous retrouvons souvent le visage de Sherman derrière ces déformations excessives. Mais, dans une série suivante de 1995, qui montre cette fois des masques photographiés de près, dans des tons très sombres, l'artiste disparaît ou plutôt se fond si bien dans les accessoires utilisés que l'on se demande ce qu'il reste de Cindy Sherman. Cela a-t-il d'ailleurs une importance ? Il est vrai que, à force de vouloir retrouver le corps ou le visage de l'artiste sous d'innombrables déguisements, l'attitude du spectateur a très souvent été déjouée par Cindy Sherman qui laisse pourtant toujours quelques traces de sa présence, même s'il s'agit dans ces cas-là de références directes à d'autres photographies ou de citations détournées. On peut assurément relier, par exemple, ces récentes séries, à celles réalisées en 2000, où l'on voyait Cindy Sherman sous des maquillages outranciers, adoptant les postures de personnages excentriques que l'on rencontre dans la société féminine américaine, avec leurs liftings, leurs accoutrements ridicules. Mais les transformations réelles évoquées par Sherman dans ses propres exagérations ne font que révéler encore plus les artifices assumés, le faux, le clinquant, au point que le maquillage et le travestissement de ses photographies produisent, paradoxalement, de puissants effets de réel, comme s'il s'agissait là de documents, et non de fictions, représentant une certaine classe de femmes américaines contemporaines.

Avec la pleine conscience du caractère tragi-comique de ses masques successifs et, à travers eux, des travestissements concrets qui s'opèrent dans une culture, les séries de 2003-2004 nous montrent à nouveau Cindy Sherman, facilement identifiables, sous des costumes et des maquillages de clowns. Ils sont, là aussi, si surchargés, que cela oscille entre le kitsch et le pathétique, en leur donnant un aspect terrifiant. L'autodérision de l'artiste atteint ici un point culminant, car [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification

Autres références

«  SHERMAN CINDY (1954- )  » est également traité dans :

CINDY SHERMAN (exposition)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 018 mots

La grande rétrospective de l'œuvre de l'artiste américaine Cindy Sherman présentait au C.A.P.C. de Bordeaux du 6 février au 25 avril 1999 deux cent cinquante photographies – une vingtaine d'années de travail –, dont le sujet n'est autre que l'image de soi. Quels que soient les maquillages, les poses, les déguisements choisis, on reconnaissait facilemen […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Portrait : la tête et la face »  : […] De même que la forme tableau s'apparente au paysage sans intention documentaire, le visage n'intéresse plus la photographie contemporaine selon ce qui était la vocation immémoriale du portrait. Les « sans titre » que l'Allemand Thomas Ruff réalise de face, en grand format, avec l'expression neutre de documents d'identité, sont particulièrement représentatifs de la tendance contemporaine de l'uti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « SHERMAN CINDY (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cindy-sherman/