SHERMAN CINDY (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un théâtre d'objet

Cette dramatisation quelque peu baroque du portrait dans le style des vieux maîtres ne laissait pourtant pas deviner la série des Sex Pictures, réalisés à partir de 1992, dont la crudité se rapporte à des photographies antérieures, notamment celles des séries de 1987 représentant la nourriture, des éléments organiques en train de pourrir. La particularité des Sex Pictures est en effet leur évident fétichisme à travers les accessoires choisis, leur sado-masochisme clairement exposé dans les agencements des objets, ce que l'on aurait tendance à immédiatement identifier à la violence pornographique. Cette violence, si elle crée parfois le malaise chez le spectateur, est pourtant vite désamorcée dans la mesure où nous avons affaire à des objets, des prothèses, des mannequins, qui sont autant de substituts d'une sexualité ou d'une pornographie concrète. Apparaissant très peu dans ces photographies, souvent invisible, Cindy Sherman a préféré se faire, pour ainsi dire, remplacer par des éléments qui tiennent lieu de son personnage. Dans ces montages ou ces accumulations de corps de mannequins, ou, plus exactement de fragments de corps, vieux ou jeunes, masculins et féminins qui s'entremêlent parfois de manière bizarre, on a voulu souvent retrouver la démarche surréaliste d'un Hans Bellmer, tant les corps sont démembrés et comme recomposés par une sorte de perception pathologique. Ce qui conduit parfois à aborder des frontières situées entre sexualité et regard médical, comme cette image où l'on voit en gros plan surgir une tête adulte d'un sexe féminin (des mannequins), et dont on ne sait plus s'il faut la ranger du côté de l'accouchement ou de quelque pratique sexuelle perverse, d'autant qu'elle est impossible. C'est assurément cela qui choque ou heurte notre sensibilité : une complète déshumanisation du regard photographique porté sur nos corps vivants remplacés ici par des objets, et conduisant à une puissante réification.



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  SHERMAN CINDY (1954- )  » est également traité dans :

CINDY SHERMAN (exposition)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 018 mots

La grande rétrospective de l'œuvre de l'artiste américaine Cindy Sherman présentait au C.A.P.C. de Bordeaux du 6 février au 25 avril 1999 deux cent cinquante photographies – une vingtaine d'années de travail –, dont le sujet n'est autre que l'image de soi. Quels que soient les maquillages, les poses, les déguisements choisis, on reconnaissait facilemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cindy-sherman-exposition/#i_98624

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Portrait : la tête et la face »  : […] De même que la forme tableau s'apparente au paysage sans intention documentaire, le visage n'intéresse plus la photographie contemporaine selon ce qui était la vocation immémoriale du portrait. Les « sans titre » que l'Allemand Thomas Ruff réalise de face, en grand format, avec l'expression neutre de documents d'identité, sont particulièrement représentatifs de la tendance contemporaine de l'uti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_98624

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « SHERMAN CINDY (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cindy-sherman/