JONES CHUCK (1912-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Admiré par les historiens et les critiques de cinéma ainsi que par les cinéphiles, Chuck Jones n'en demeure pas moins inconnu du grand public. Or cet « anonymat » n'est pas dû à la distribution confidentielle de ses films. Bien au contraire, ceux-ci ont été vus et revus par des dizaines de millions de spectateurs dans le monde entier avec un succès qui ne s'est jamais démenti. Mais, à l'instar des autres créateurs de cartoons, à l'exception de Walt Disney et de Tex Avery, Chuck Jones a été victime de la célébrité de ses personnages.

Né le 21 septembre 1912 à Spokane, dans l'État de Washington, Charles Martin Jones passe son enfance et son adolescence à Los Angeles où, de 1927 à 1930, il étudie au Chouinard Art Institute, devenu depuis le California Institute of the Arts. En 1930, il débute dans une agence de publicité. En 1931, il entre au studio d'Ub Iwerks et y devient bientôt gouacheur, puis encreur et, enfin, intervalliste, chargé de la composition des phases intermédiaires du mouvement dans le dessin animé. Il travaille ensuite quelque temps chez Charles Mintz et chez Walter Lantz, avant de rejoindre, en 1934, l'unité de production de Leon Schlesinger chez Warner Bros où il demeurera vingt-sept ans, si l'on ne tient pas compte des quelques mois passés, en 1954, chez Walter Lantz et, en 1955, chez Walt Disney.

D'abord intervalliste, Charles M. Jones devient très vite animateur sous la direction, principalement, de Fritz Freleng, de Robert Clampett et de Tex Avery. En 1938, il est nommé réalisateur. De cette année à 1963, il dirige plus de deux cents cartoons qui contribuent à la renommée du studio : il participe à la saga du chat Sylvester et de Tweety Pie (Titi) ; il concourt à la conception et à la caractérisation de Bugs Bunny (47 films), de Daffy Duck, (24 films), de Claude Cat, d'Elmer Fudd et de Porky Pig ; il crée, entre autres, Henery Hawk, Inky et le Minah Bird, Marvin the Martian, Pépé Le Pew, Sniffles, Road Runner (l'oiseau Bip Bip) et Wile E. Coyote.

En 1963, Charl [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Pour citer l’article

Alain GAREL, « JONES CHUCK - (1912-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chuck-jones/