METZ CHRISTIAN (1931-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Christian Metz est à l'origine d'une discipline nouvelle : la sémiologie du cinéma. Son œuvre, d'inspiration linguistique, s'est développée à partir d'un article paru dans Communications en 1964 : “Le cinéma : langue ou langage ?” Et les ouvrages se sont succédé : le premier volume des Essais sur la signification au cinéma, en 1968, le second en 1973 ; puis, Langage et cinéma (1971) ; Le Signifiant imaginaire (1977) ; Essais sémiotiques (1977) auxquels devait s'ajouter, en 1991, L'Énonciation impersonnelle, ou le Site du film. Son influence théorique a été considérable, et l'importance de ses travaux a été reconnue internationalement. En témoigne la traduction en plus de vingt langues de ses livres et de ses articles. Il a contribué à la clarification de notions comme celles de “système” et de “code”, de “connotation” et de “dénotation”, ou de “métaphore” et de “métonymie”. Dans ses derniers travaux sur l'énonciation, il envisage les retombées possibles de la théorie du cinéma sur la recherche linguistique.

Roland Barthes a vu en lui un “fondateur” et a souligné la place historique de Metz, qui a “secoué la fatigue d'un stéréotype” : le cinéma est un langage. Christian Metz, conscient du fait que la sémiologie du film ne pouvait commencer avant que ne soit résolu le problème du découpage de celui-ci en unités de sens, s'est consacré à l'analyse syntagmatique de la bande-images. En même temps, il a inauguré les recherches sur la narrativité au cinéma.

Christian Metz aura également permis que le “droit à la mutation” soit reconnu à la sémiologie. Le déplacement le plus apparent est, dans Le Signifiant imaginaire, celui qui s'opère vers la psychanalyse, laquelle, à travers le problème de l'identification, soulève la question du spectateur. Son dernier ouvrage le ramène à des préoccupations sémio-linguistiques. Toutefois, par son analyse de l'énonciation, Metz est conduit à un nouveau déplacement de perspective et “affronte ce qui pourrai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  METZ CHRISTIAN (1931-1993)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Autonomie de la théorie »  : […] Avec Jean Mitry (1904-1988), la théorie tend à devenir une fin en soi ( Esthétique et psychologie du cinéma , 1963-1965). Un cinéaste, un théoricien des débuts ou un critique lié à une école pouvaient opposer un cinéma à un autre comme la vérité au mensonge. La théorie se doit au contraire d'être universelle, d'accepter la pluralité évidente des écoles et des films. Elle sera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-theories-du-cinema/#i_8939

Pour citer l’article

Suzanne LIANDRAT-GUIGUES, « METZ CHRISTIAN - (1931-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-metz/