KNORR VON ROSENROTH CHRISTIAN (1636-1689)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théosophe et kabbaliste protestant. Fils d'un pasteur silésien, Knorr von Rosenroth courut l'Europe pendant plusieurs années et, au cours de ses voyages, entra en contact avec des cercles d'érudits s'intéressant au mysticisme. Pendant sa période de formation, il fut profondément influencé par les écrits de Jacob Boehme. À son retour, il s'établit à Sulzbach, en Bavière septentrionale, et, de 1668 à sa mort, il fut le proche conseiller et collaborateur du prince Christian August, qui partageait ses penchants mystiques. Pendant son séjour en Hollande, il s'intéressa de près à la kabbale et eut des rabbins pour maîtres, dont Meir Stern à Amsterdam. Knorr était en relation étroite avec le philosophe Henry More de Cambridge et avec le mystique brabançon Franciscus Mercurius van Helmont, qui tous deux s'intéressaient comme lui à la kabbale en tant que système théosophique ayant une grande portée aussi bien pour la philosophie que pour la théologie. De son vivant, Knorr eut la réputation d'être le plus grand érudit chrétien de la kabbale.

Son œuvre principale Kabbala denudata, seu Doctrina Hebraeorum transcendentalis et metaphysica atque theologica (Sulzbach, 1677-1684, 2 vol.) présentait pour la première fois une traduction latine des sources kabbalistiques accompagnée de notes explicatives. Son livre, qui fut la source principale de la littérature non juive sur la kabbale jusqu'à la fin du xixe siècle, se présente, après un lexique introductif des termes symboliques de la kabbale, comme une anthologie d'œuvres de Luria, de Cordovero, d'Abraham Kohen de Herrera, de Hayyim Vital et d'autres maîtres de la kabbale, ainsi que de larges extraits du Zohar. Leibniz, impressionné par l'œuvre de Knorr, lui rendit visite en 1687 pour s'entretenir avec lui de sujets kabbalistiques. Au soir de son existence, Knorr voulut écrire un livre sur l'enfance de Jésus, fondé sur les sources rabbiniques et kabbalistiques. Il en envoya le manuscrit à son ami Van Helmont, qui [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures de grec, licencié en langue et littérature hébraïques, collaborateur à l'Institut de recherche et d'histoire des textes, C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  KNORR VON ROSENROTH CHRISTIAN (1636-1689)  » est également traité dans :

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La kabbale chrétienne »  : […] L'expression de kabbale chrétienne désigne un courant d'idées fort complexes qui, depuis le scandale des thèses De omni re scibili de Pic de La Mirandole , à la fin du Quattrocento, se développa avec des fortunes diverses à travers l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suède, jusqu'à la publication en 1911 de la traduction du Zohar , la bible de la kabbale, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32064

Pour citer l’article

Michel GAREL, « KNORR VON ROSENROTH CHRISTIAN - (1636-1689) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-knorr-von-rosenroth/