CHOPES, CHOPI ou TORLATSI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Habitant la Bulgarie occidentale, le long de la frontière yougoslave, et la Serbie, à l'ouest de cette frontière, dans les régions des villes de Pirot et de Zaglavar, les Chopes (Chopi ou Torlatsi) peuplent une large zone qui s'étend du Danube au bassin du fleuve Strouma, au sud, et de la frontière yougoslave à la ligne constituée par l'affluent du Danube Osma et les monts Stredna Gora et Rila. Il est presque impossible d'en évaluer le nombre. Après la constitution de l'État serbe en 1817, des Chopes de Teteven ont émigré dans le bassin de la rivière de Timok en Serbie, où ils ont formé un quartier dans la ville de Zejetchar et dans les villages de Veliki Isvor, de Grlyan et de Vratanitsa. D'autres Chopes, beaucoup plus nombreux, émigrèrent dans les environs de Smederevo, près du confluent de la Morava et du Danube, et dans la vallée de la Morava. Dans les années 1920 subsistaient encore en pleine Serbie, sans être assimilés, deux îlots chopes : l'un dans le bassin de la Lepenitsa, près de Kragujevats, l'autre dans les environ de Belgrade. Ils ont été séparés de leurs voisins slavo-macédoniens du Sud-Ouest par l'installation, le long de la vallée du Vardar, des musulmans, anatoliens et indigènes islamisés mélangés, qui se sont installés tout le long de la vallée du Vardar, depuis le lac de Doïnan jusqu'à Skopje. Ils se distinguent des Bulgares du Balkan et du bassin de la Maritsa par leur attachement à des traditions tribales. Les savants serbes et bulgares se sont longtemps disputé le dialecte chope : devait-on le rattacher à la langue serbe ou à la langue bulgare ? On est resté sur un compromis selon lequel ce dialecte serait une étape intermédiaire entre ces deux langues. En vérité, le dialecte chope est resté très archaïque et conserve de nombreux éléments du vieux slave liturgique. Le conservatisme des Chopes et leur répugnance pour le commerce et pour tout ce qui touche au profit individuel les ont fait taxer d'esprit paresseux et réfractaire aux nouveautés et au progrès.

—  Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU, « CHOPES, CHOPI ou TORLATSI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chopes-chopi-torlatsi/