CHEIKH ou CHAYKH

Terme formé sur la racine arabe shyh. Il désigne l'homme sur lequel apparaissent les signes de la vieillesse, donc, d'une part celui qui possède sagesse, expérience et auquel on confie, par conséquent, l'autorité, d'autre part celui qui a acquis une vaste science. En tant que détenteur de l'autorité, le chaykh est l'un des éléments de la vie bédouine : la tribu reconnaît à une personnalité éminente et respectable une certaine autorité morale et se soumet à son arbitrage. Mais « la tribu n'accepte l'autorité de ce « vénérable » et celle du conseil qui l'entoure qu'autant que tous se conforment à ces deux codes fondamentaux que sont la coutume et la valeur » (A. Miquel, L'Islam et sa civilisation, Paris, 1968). Une telle conception de l'autorité ne pouvait être adoptée par un État urbanisé et centralisé : « chaykh » n'est pas devenu un titre ni une fonction sous le califat (seuls, certains souverains se réclamant des anciens idéaux arabes se sont proclamés chaykhs), mais il est resté jusqu'à nos jours un terme en usage dans les steppes et les campagnes. Dans la deuxième acception, le titre de chaykh a été donné aux savants éminents : ainsi les deux grands auteurs qui se sont attachés à recueillir les traditions du Prophète ont été nommés « les deux Chaykhs ». Jusqu'à nos jours, le terme est un titre de vénération que, dans l'enseignement islamique traditionnel, les étudiants donnent à leurs maîtres. Dans les milieux populaires, le chaykh était, il y a quelques décennies, une sorte de devin ; « aller trouver le cheikh ou consulter un cheikh signifie simplement s'adresser à un magicien, un sorcier, à un homme qui connaît les choses secrètes et les dévoile à ceux qui s'adressent à sa compétence » (J. A. Jaussen, Coutumes palestiniennes, Naplouse et son district, Paris, 1927). Enfin le titre de Chaykh al-Islām est un titre honorifique porté à partir du xie siècle par certains savants et mystiques et qui devient à l'époque ottomane le titre officiel du mufti d'Istanbul ; celui-ci est nommé et destitué par le sultan et le fait qu'il ait la haute main sur les affaires religieuses et juridiques lui confère un grand prestige qui lui permet de s'immiscer dans les intrigues politiques. À partir de la fin du xviiie siècle, son autorité décroît avec la modernisation progressive des institutions.

—  Georges BOHAS

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification


Autres références

«  CHEIKH ou CHAYKH  » est également traité dans :

CONFRÉRIES MUSULMANES

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 1 563 mots

Dans le chapitre « La voie vers Dieu »  : […] Ces associations religieuses sont appelées en arabe t'ariqā (pluriel : t'uruq ), c'est-à-dire « voie », « chemin du voyage vers Dieu », bien que ce mot désigne plus exactement l'ensemble des rites d'entraînement spirituel proposés par les diverses congrégations. Le mot français « confréries » est employé par analogie, car les affiliés portent le nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confreries-musulmanes/#i_23733

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le parcours de la voie spirituelle (« sulūk ») ; les confréries (« ṭuruq ») »  : […] En conformité avec le symbolisme arabe de la vie nomade et également avec le Coran, qui parle du « chemin droit » et de la « bonne voie », la vie spirituelle est décrite comme un parcours marqué de nombreuses « étapes » ( manāzil ). Mais l'une des conditions préliminaires à l'entrée dans la voie ( ṭarīqa ) est de pratiquer, à l'imitation du Prophète, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_23733

MARABOUTISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 140 mots

Dans le chapitre « L'élément mystique »  : […] Le sūfisme s'est développé en face de l'islam officiel des juristes ( fuqahā' ) et de l'administration califienne, souvent même contre lui. Ses adeptes prétendent remonter au temps du Prophète, soit par les deux premiers califes, Abū Bakr et ‘Umar, objets d'une particulière vénération, soit surtout par ‘Alī, gendre de Mahomet, époux de sa fille Fāṭima, père de Ḥasan et de Ḥus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maraboutisme/#i_23733

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les confréries (ṭuruq) »  : […] À partir des xii e et xiii e  siècles, aux cercles ou compagnies spontanés des débuts succédèrent des confréries constituées, les ṭuruq (singulier ṭarīqa ). Le terme, on l'a vu, signifie d'abord route, voie. Il en vint à désigner une organisation de vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_23733

SHĀDILIYYA ou CHĀDHILĪYA

  • Écrit par 
  • Joseph CUOQ
  •  • 1 049 mots

Première confrérie musulmane à avoir vu le jour au Maghreb, la Shādiliyya (ou Shāduliyya) est postérieure aux trois confréries mères qui ont surgi au xii e et au xiii e siècle, au Proche-Orient : la Qādiriyya, la Rifā‘iyya et la Suhrawardiyya. Elle eut pour fondateur Abū l-Ḥasan al-Shādilī, né à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shadiliyya-chadhiliya/#i_23733

SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET
  •  • 5 029 mots

Dans le chapitre « La sagesse orientale »  : […] Si l'imagination visionnaire a un tel rôle, il ne faut pourtant pas oublier que, pour Sohrawardī, l'événement de contemplation par excellence reste l'union de l'âme avec l'Intellect agent. Celui-ci est homologué à l'Esprit saint, à l'ange Gabriel. Un des plus beaux « récits mystiques », intitulé Le Bruissement de l'aile de Gabriel , nous offre peut-être l'explication de cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sohrawardi-suhrawardi/#i_23733

SOUFISME ou ṢŪFISME

  • Écrit par 
  • Jacqueline CHABBI
  •  • 4 023 mots

Dans le chapitre « L'Irak, berceau du soufisme »  : […] C'est en Irak, centre du pouvoir califal à partir du milieu du ii e / viii e siècle, creuset intellectuel et carrefour d'influences diverses (Massignon, Passion , chapitres consacrés à la formation d'Al-Ḥallādj), dans les cercles mystiques de métropoles comme Bassora (Al-Ba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soufisme-sufisme/#i_23733

Pour citer l’article

Georges BOHAS, « CHEIKH ou CHAYKH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cheikh-chaykh/