CHARITÉ CHARTE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 21 mars 1098 l'abbaye de Cîteaux fut fondée dans l'ancien diocèse de Chalon-sur-Saône. Sa première filiale, La Ferté, créée en 1113, appartenait au même diocèse, mais la troisième, Pontigny, qui date de 1114, était située dans le diocèse d'Auxerre, et les deux suivantes de 1115, Clairvaux et Morimond, dans celui de Langres. Lors de la fondation de Pontigny, l'abbé de Cîteaux, Étienne Harding, présenta à l'évêque d'Auxerre un court règlement : la nouvelle abbaye jouirait d'une pleine autonomie et n'aurait à acquitter aucune contribution financière, mais en cas de manquement, l'abbé de Cîteaux interviendrait ; les moines s'engageaient à observer la même interprétation de la règle de saint Benoît qu'à Cîteaux et à employer les mêmes livres liturgiques.

Ces prescriptions étaient nouvelles, puisque les moines n'avaient connu jusque-là que des abbayes indépendantes les unes des autres, entourées de maisons sujettes. L'expérience permit aux cisterciens de préciser leur organisation sans en dévier. L'approbation des règlements constitutifs de l'ordre de Cîteaux, appelés Charte de charité, fut demandée au pape Calixte II en 1116 ; aux premières dispositions de 1114, on avait ajouté un élément essentiel : le pouvoir suprême n'appartiendrait pas à l'abbé de Cîteaux, mais au chapitre général réunissant chaque année tous les abbés de l'ordre sous la présidence de l'abbé de Cîteaux.

La Charte de charité fut remaniée en 1151 et 1152, au temps du pape cistercien Eugène III, puis vers 1190 : les pouvoirs du chapitre général se trouvèrent alors renforcés par la généralisation de l'exemption, qui fit échapper les abbayes à tout contrôle épiscopal.

En créant une organisation monastique nouvelle, fondée sur des textes écrits, la Charte de charité donna à l'ordre cistercien une cohésion souple qui lui assura le succès. Le nom de Charte de charité resta à l'usage exclusif des cisterciens, mais beaucoup d'ordres religieux s'inspirèrent de ses dispositions.

—  Jacques DUBOIS

Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  CHARITÉ CHARTE DE  » est également traité dans :

CISTERCIENS

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Placide DESEILLE, 
  • Anselme DIMIER
  •  • 8 633 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La théologie mystique »  : […] C'est dans le domaine de la vie spirituelle que l'influence cistercienne apparaît la plus dense. L'Ordre est régi par la Charte de charité qui fait de l'unité d'observance et d'organisation l'expression du lien de charité unissant les membres des diverses maisons. Chaque monastère sera une « école de charité », où l'on apprend « l'art des arts », qui, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cisterciens/#i_39046

ÉTIENNE HARDING saint (1060-1134)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 316 mots
  •  • 1 média

Issu de la noble famille de Harding, Étienne naquit à Meriot dans le comté de Dorset (Angleterre). Il entra à l'abbaye voisine de Sherborne, la quitta quelques années plus tard pour aller en Écosse, puis se rendit à Paris pour étudier. De là, il fit le pèlerinage de Rome. Au retour, il se fixa à Molesmes, où l'abbé Robert cherchait désespérément une formule nouvelle de vie monastique. En 1098, Éti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-harding/#i_39046

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « CHARITÉ CHARTE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charte-de-charite/