CHAROPHYCÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Thalle de Chara

Thalle de Chara
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tige de Chara

Tige de Chara
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Écologie et distribution géographique

La réaction des Charophycées aux conditions du milieu (photopériodisme, température, sels dissous, etc.) est très diverse selon les espèces. Elle s'exprime par un polymorphisme très prononcé, par les particularités d'une phénologie très souple et par la variété des types de végétations en fonction des caractères stationnels.

La vie et la distribution des Charophycées sont fortement tributaires de la concentration en sels dissous (chlorures, sels de calcium). Les espèces acidiphiles se rencontrent surtout dans le genre Nitella. Beaucoup d'espèces du genre Chara sont calciphiles. Certaines sont halophiles ou subhalophiles (Lamprothamnium). Il en résulte une gamme étalée de pH : de 5 (tourbières acides) à 9,5 (marais salants). En dehors de la Baltique, aucune espèce ne vit dans le milieu marin.

Les Charophycées sont les pionnières des milieux d'eau douce ou saumâtre. Dans les biotopes neufs ou profonds (grands lacs ; lacs d'Annecy, du Mont-Cenis, etc.), elles sont exclusives. La pauvreté spécifique des populations, liée à l'exubérance de leur développement, est fréquente. Les populations polyspécifiques à strates superposées s'observent surtout dans les biotopes alcalino-saumâtres (lagunes, marais littoraux) ou neutres, favorables au mélange des espèces. Les Charophycées vivent aussi à la strate inférieure d'associations de Phanérogames aquatiques et se raréfient par le jeu de la concurrence et du dynamisme général de la végétation. Ce sont, en outre, de bons indicateurs biologiques et leur présence témoigne d'une certaine qualité des eaux. La pollution chimique des milieux aquatiques entraîne une raréfaction notée dans les pays les plus industrialisés et pourvus d'une agriculture à haut rendement fondée sur l'emploi de produits chimiques divers (Europe occidentale).

Pour l'ensemble du groupe, la répartition géographique s'étend à presque toutes les régions du globe, du 690 de latitude nord (Norvège) au 490 de latitude sud (îles Kerguelen), mais il est pos [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHAROPHYCÉES  » est également traité dans :

ARTICLE, botanique

  • Écrit par 
  • Monique GUERN
  •  • 161 mots

Unité d'organisation végétative de certains Thallophytes, chez lesquels les mitoses végétatives ne sont pas suivies aussitôt de cloisonnements cellulaires. Ces derniers interviennent sans rapports avec les divisions du noyau (ils ont totalement disparu dans la structure en siphon). La présence de plusieurs noyaux entre deux cloisons transversales d'un filament s'accompagne parfois encore d'une fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/article-botanique/#i_2177

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 239 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Évolution et classification des Embryophytes »  : […] Les analyses phylogénétiques suggèrent fortement l’enracinement des Embryophytes dans les algues vertes avec lesquelles elles forment le clade – groupe monophylétique – des Chlorobiontes (« végétaux verts »). Les Chlorobiontes sont caractérisés par la présence d’amidon (produit par la photosynthèse) stocké dans les chloroplastes – chez les algues rouges, les sucres sont stockés dans le cytoplasme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cormophytes-embryophytes-archegoniates/#i_2177

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert CORILLION, « CHAROPHYCÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charophycees/