PARNELL CHARLES STEWART (1846-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique et nationaliste irlandais. Né dans une famille de petits propriétaires fonciers d'origine anglo-irlandaise et de confession protestante, Parnell entre au Parlement en 1875. Séduit par l'idéologie des Fenians et par le mouvement en faveur du Home Rule, il devient à partir de 1877 le chef de la fraction irlandaise des Communes et lance la tactique de l'obstruction systématique. Deux ans plus tard, il s'allie aux représentants américains du mouvement Fenian et accepte aussi la présidence de la Ligue agraire fondée en 1879 par Michael Davitt. Quelques mois d'emprisonnement pour incitation à la révolte sociale, d'octobre 1881 à mai 1882, portent sa popularité à son zénith en Irlande. Tout en désavouant les crimes agraires alors nombreux, il ne cesse de renforcer sa position. Il mène des négociations plus ou moins secrètes avec les deux partis dominants et croit pouvoir, en 1886, compter sur le vote du Home Rule. L'échec de Gladstone le déçoit cruellement. Il n'en fait pas moins confiance désormais à une alliance avec les libéraux. Acquitté triomphalement en 1890 de l'accusation d'avoir personnellement trempé dans des crimes nationalistes, il perd la même année un procès en adultère qui le déshonore aux yeux d'une bonne partie de la société victorienne et de ses amis politiques. Une majorité du groupe parlementaire irlandais refuse de le reconnaître plus longtemps comme son chef. Il ne s'en remettra pas. Son apport à l'histoire de la libération de l'Irlande aura été de convaincre une partie importante de l'opinion anglaise et du parti libéral de l'inéluctabilité du Home Rule. L'échec de sa méthode « constitutionnelle » amènera néanmoins les nationalistes irlandais à donner, après lui, la priorité à des méthodes plus violentes. Il laisse aussi le souvenir d'un extraordinaire orateur.

Charles S. Parnell expulsé des Communes, en 1881

Charles S. Parnell expulsé des Communes, en 1881

photographie

Le député nationaliste Charles S. Parnell (1846-1891) est expulsé de la Chambre des communes pour obstruction, sa tactique favorite (1881). Au même titre que sa virulence oratoire au Parlement, ses idées révolutionnaires à la tête de la Ligue agraire et son attitude en faveur des petits... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Roland MARX

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  PARNELL CHARLES STEWART (1846-1891)  » est également traité dans :

DAVITT MICHAEL (1846-1906)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 345 mots

Agitateur irlandais, fils d'un petit fermier catholique émigré en Angleterre, Davitt a occupé une place particulière dans la révolte de l'Irlande. Membre à partir de 1865 du mouvement fenian, il a commencé par partager les idées de ses camarades nationalistes sur la priorité à l'indépendance et sur la valeur exclusive de la violence : il participe, en 1867, à des assauts contre des dépôts d'armes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-davitt/#i_43066

Pour citer l’article

Roland MARX, « PARNELL CHARLES STEWART - (1846-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-stewart-parnell/