HAVAS CHARLES HENRI (1783-1858)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Normandie d'une famille normande, mais d'une origine lointaine portugaise ou hongroise (ou peut-être les deux...). Homme d'affaires comme ses ancêtres, Charles Henri Havas semble tout d'abord réussir assez mal dans ce domaine.

C'est en végétant comme traducteur de presse qu'il trouvera sa voie. Cette fonction de traducteur de journal prend de plus en plus d'importance dans une presse française qui, bien plus que l'anglaise, demeure une presse d'opinion, mais que la curiosité du public et les besoins des milieux du commerce et de l'industrie naissante contraignent à accorder plus de place aux nouvelles de l'étranger. Havas ouvre donc, en 1825, un Bureau qui fournit aux journaux des informations reprises et traduites de la presse étrangère et sert à des abonnés ce qu'on appellerait aujourd'hui un bulletin confidentiel très riche. Après dix ans d'efforts, la réussite est assurée ; Havas absorbe même des bulletins concurrents, telle la Correspondance Garnier. Lorsqu'il se met à expédier des nouvelles françaises vers l'étranger, le Bureau devient l'Agence Havas et acquiert certaines correspondances étrangères installées à Paris, telle la Correspondance allemande. Dernière étape : la conquête des journaux de province, qui n'est possible que par la création d'un service de publicité et le contrôle de la Société générale de publicité, qui sera absorbée en 1920.

On a dit que l'agence de presse est le produit du télégraphe. Havas a, en fait, devancé les découvertes techniques qui accéléreront la transmission des nouvelles. Il a utilisé tour à tour la lettre, avec le « hors-sac » diligence, chemin de fer ou bateau, le pigeon voyageur et le télégraphe Chappe. Ce qui est sûr, en revanche, c'est que les innovations d'Havas ont précipité le passage de la presse d'opinion à la presse d'information, le recours à la publicité faisant le reste. Balzac, qui le regrettait, ne s'y est pas trompé ; qualifiant Havas de « Maître Jacques de la presse », il ajoutait : « Chacun teint en blanc, en vert, en rouge ou en bleu la nouvelle que lui envo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre Albin MARTEL, « HAVAS CHARLES HENRI - (1783-1858) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-henri-havas/