MAUPAS CHARLEMAGNE ÉMILE DE (1818-1888)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études de droit, Maupas est nommé par Guizot sous-préfet d'Uzès en 1845, puis de Beaune en 1847. Révoqué en 1848 par la IIe République, il se fait réintégrer par le prince-président Louis Bonaparte dès 1849 et passe rapidement de la préfecture de l'Allier et de la Haute-Garonne en 1850 à la préfecture de police en 1851 grâce à son zèle réactionnaire et à ses convictions bonapartistes. Avec Morny, il prépare le coup d'État du 2 décembre 1851 et obtient de ses commissaires de police l'arrestation illégale de soixante-dix-huit députés de l'opposition. Ce jour-là, il menace les Parisiens : « Restez calmes sous peine de vous briser immédiatement contre une inflexible répression. » En réalité, le préfet de police n'a ni présence d'esprit, ni sang-froid dans le péril. Il n'en est pas moins récompensé. Il devient ministre de la Police générale, poste qui vient d'être créé, du 22 janvier 1852 au 10 juin 1853. Pendant ce court délai, il distribuera quatre-vingt-douze avertissements aux journaux. Il est ensuite nommé sénateur, puis préfet des Bouches-du-Rhône (1860-1866) avant de revenir au Sénat jusqu'à l'avènement de la IIIe République. Il tentera en vain de se faire élire député en 1876 et 1877. Il meurt à Paris après avoir donné avec éclat son adhésion au boulangisme.

—  Marcel LE CLÈRE

Écrit par :

  • : docteur en droit, commissaire divisionnaire de la ville de Paris, ancien chargé de cours à l'Institut de criminologie et à l'Institut international d'administration

Classification


Autres références

«  MAUPAS CHARLEMAGNE ÉMILE DE (1818-1888)  » est également traité dans :

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 006 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La restauration de l'Empire »  : […] Persigny, honnête compagnon des temps difficiles et bonapartiste mystique, le préfet Maupas et le général de Saint-Arnaud, l'un et l'autre sans scrupules, le second chef d'une armée qui ne demande qu'à en finir avec la république. Au matin du 2 décembre 1851, une proclamation du prince-président, affichée dans les rues de Paris, annonce la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_22474

Pour citer l’article

Marcel LE CLÈRE, « MAUPAS CHARLEMAGNE ÉMILE DE - (1818-1888) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlemagne-emile-de-maupas/