MAYER CARL (1894-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Scénariste autrichien, et l'un des artistes auxquels le cinéma allemand doit sa grande époque : 1919-1925. Mayer n'a jamais écrit de romans ni de pièces de théâtre : il a toujours composé en images seulement, et ses manuscrits abondent en suggestions techniques que le metteur en scène n'avait qu'à exploiter (y compris les mouvements de caméra). Aussi est-il malaisé d'imaginer ce que lui doivent Wiene (Le Cabinet du docteur Caligari, 1919 ; Genuine, 1920), Gerlach (Vanina, 1922), Lupu-Pick (La Nuit de la Saint-Sylvestre, 1923), Murnau (Le Dernier des hommes, 1924 ; Tartuffe, 1925), Ruttmann (Berlin, Symphonie d'une grande ville, 1928), pour ne citer que quelques titres. À part Fritz Lang (qui avait son épouse Thea von Harbou pour scénariste), Pabst et Leni, tous les meilleurs réalisateurs allemands ont été inspirés par ses adaptations et ses scripts originaux. Quand Murnau partit pour les États-Unis, il adapta pour lui Le Voyage à Tilsit de Hans Sudermann, qui devint L'Aurore (Sunrise, 1927), et Les Quatre Diables (Four Devils), de Hermann Lang, qui fut transposé au cinéma sous le même titre en 1929. Il se contenta dans la suite du rôle de conseiller de Paul Czinner à Berlin et à Paris, puis, à Londres, de divers réalisateurs de documentaires (il devint un ami intime de Paul Rotha) et de cinéastes adaptant des pièces de théâtre. Il mourut dans une misère noire, oublié de tous.

Le Cabinet du docteur Caligari

Le Cabinet du docteur Caligari

photographie

Le Cabinet du docteur Caligari, le film-manifeste de l'école expressionniste allemande, de Robert Wiene, sur un scénario de Carl Mayer (1919). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Victor BACHY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAYER CARL (1894-1944)  » est également traité dans :

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 335 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du muet »  : […] Certains n'ont pas attendu le retour de la paix pour s'affirmer : Ernst Lubitsch, qui mêle un certain esprit berlinois et une touche d'humour juif, et qui, produit par Davidson, dirige lui-même ses comédies ; Paul Wegener, acteur et metteur en scène ; Richard Oswald, Joe May, Paul Leni, le scénariste Carl Mayer. Mais le cinéma va refléter le bouil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-allemand/#i_18693

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 593 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La naissance à partir du décor »  : […] Un scénario bizarre au sujet hallucinant, écrit, grâce à un de ses auteurs, Carl Mayer, dans un style expressionniste explosant en phrases courtes, en exclamations entrecoupées, fut confié, selon les habitudes des studios allemands, à un décorateur, Hermann Warm. Celui-ci l'étudia le jour même avec deux amis peintres employés comme lui au studio. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expressionnisme/#i_18693

MURNAU FRIEDRICH WILHELM - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 718 mots

28 décembre 1888 Naissance de Friedrich Wilhelm Plumpe à Bielefeld, en Westphalie. 1895 Participe aux représentations données par sa sœur dans le théâtre qu'elle a aménagé dans les combles de la propriété familiale. 1897 Il reçoit un théâtre miniature où il montera les pièces vues au théâtre, à Kassel. 1905 Voyage à Paris, qui le fascine. Acteu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/murnau-reperes-chronologiques/#i_18693

MURNAU FRIEDRICH WILHELM

  • Écrit par 
  • Denis MARION
  •  • 1 507 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'horreur à l'Éden »  : […] De son vrai nom Friedrich Wilhelm Plumpe, né à Bielefeld (Westphalie), mort à Hollywood par suite d'un accident d'auto, Murnau, en vingt-deux ans, dirige vingt-deux films, dont une dizaine seulement sont conservés et quatre sont considérés comme des classiques : Nosferatu (1921-1922) , Le Dernier des hommes (1924), L'Aurore (1927) et Tabou (1931) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-wilhelm-murnau/#i_18693

WIENE ROBERT (1881-1938)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 247 mots
  •  • 1 média

Metteur en scène allemand, d'origine tchèque, dont le nom reste attaché à l'archétype du film expressionniste : Le Cabinet du docteur Caligari (1919) . On a dit que Robert Wiene ne fut qu'un docile exécutant, les qualités du film revenant au scénariste Carl Mayer et aux décorateurs Herman Warm, Walter Röhrig et Walter Reimann. L'expressionnisme ab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-wiene/#i_18693

Pour citer l’article

Victor BACHY, « MAYER CARL - (1894-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-mayer/